Toujours une bonne dynamique pour l’assurance vie ! - Linxea
Encours assurance vie
Assurance Vie

Toujours une bonne dynamique pour l’assurance vie !

2023 aura été une bonne année pour l’assurance vie. Elle a bénéficié d’une bonne collecte brute, en hausse de +5 % par rapport à l’année 2022, et surtout elle a atteint un montant d’encours inégalé !

Une collecte nette sauvée par les unités de compte

En 2023, les 153,3 milliards d’euros de collecte brute se sont transformés après déduction des prestations versées en 2,4 milliards d’euros de collecte nette.

Rappelons que la collecte nette (différence entre, d’une part, la collecte brute totale et, d’autre part, les retraits des assurés ainsi que les versements des capitaux aux bénéficiaires désignés suite aux décès des assurés) a été sauvée par les UC.

En effet, en 2023 les assurés ont retiré plus aisément leur argent des fonds en euros que des supports en unités de compte. Cet argent a pu servir d’apports personnels pour des projets immobiliers ou a été placé temporairement sur des livrets rémunérés, voire sur des livrets A, Livrets de Développement Durable et Solidaire (LDDS), Livret d’Épargne Populaire (LEP) rapportant plus que les fonds en euros.

Les prestations versées par l’assurance vie (150,8 milliards d’euros, en hausse de +14 %. par rapport à l’année précédente) pèsent fortement depuis quelques années sur la collecte nette. Jusque fin 2010 les prestations de l’assurance vie étaient inférieures à 100 millions d’euros par an. Un virage a eu lieu à partir de 2011 où pour la première fois le niveau annuel des prestations a dépassé les 100 millions d’euros provoquant ainsi une chute de la collecte nette en la réduisant à quelques milliards d’euros par an au lieu de plusieurs dizaines de milliards d’euros les années précédentes.

En 2012 et en 2020, la collecte nette a même été négative, puisque les prestations versées ont dépassé le montant de la collecte brute.

Les retraits de plus en plus élevés des épargnants s’expliquent aussi par la pyramide des âges. Ceux qui ont souscrit leur contrat il y a 15 ou 20 ans souhaitent aujourd’hui profiter de leur épargne.

Un regain d’intérêts pour les unités de compte

Les fonds en euros ont retrouvé des couleurs en 2023, mais ce sont surtout les unités de compte qui ont profité des marchés – certes agités – mais positifs sur l’année.

Les supports financiers autres que les fonds en euros participent à hauteur de 41% aux placements des assurés dans leurs contrats d’assurance vie (contre 40 % en 2022).

Mais, c’est surtout l’encours de l’assurance vie qui a connu une très forte progression, qui n’avait jamais été atteinte ni en pourcentage (+  3,6% sur un an) ni en valeur totale : l’assurance-vie représente désormais 1 923 milliards d’euros !

Du côté des PER, le succès se confirme

Le plan d’épargne retraite (PER) a séduit 1,12 million de nouveaux assurés  en 2023 et il a recueilli 14,7 milliards d’euros de versements, dont 10,9 milliards d’euros de cotisations fraîches (+18 % par rapport à 2022) et 3,7 milliards d’euros de transferts d’anciens contrats d’épargne retraite.

La collecte nette des PER (après déduction des prestations) s’élève à 8,4 milliards d’euros, en hausse de +1,1 milliard d’euros par rapport à celle enregistrée en 2022.

À fin 2023, les PER assurantiels comptabilisent 5,5 millions d’assurés pour 74,6 milliards d’euros d’encours. Cet encours était constitué pour 41 % par des unités de compte.

Selon les chiffres de France Assureurs, la valeur moyenne d‘un PER assurance est d’à peine 14 000 euros. De gros efforts sont donc nécessaires pour se préparer un complément de retraite convenable.

On regrettera également que la part des unités de compte ne soit pas plus élevée dans les plans d’épargne retraite, qui sont des instruments de long terme.

Découvrez quelle solution d'épargne est faite pour vous
Faire une simulation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *