Les news immo du 30 avril - LINXEA
Appelez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

Les news immo du 30 avril

Immo

AEW Ciloger change de nom et devient AEW

Cette décision ne porte que sur la dénomination sociale, et n’implique aucun changement dans les autres mentions légales, la gouvernance, la structure de l’actionnariat  ou encore l’adresse du site internet.

Affinités Pierre  signe une ligne de crédit revolving de 50 M€

avec la Banque Palatine pour une durée de 2 ans avec possibilité de prolonger d’1 an. Avant d’envisager la mise en place éventuelle de refinancements bancaires et le déploiement de la collecte. Luc  Bordereau, Head of Fund Management, estime  que l’opération réalisée à des conditions « attractives »  va  permettre  a la SCPI de se positionner « encore un peu plus en amont sur des opportunités d’investissement recelant un potentiel de création de valeur. » Groupama Gan REIM

Les Indices d’indexation des baux commerciaux

Depuis 2014, l’ICC (indice de prix des logements neufs) ne fait plus partie des indices proposés comme indice de référence pour un bail commercial, il est remplacé par l’ILAT (indice des loyers d’activité tertiaire) pour l’immobilier de bureaux, les entrepôts logistiques et les locaux professionnels et l’ILC (indice des loyers commerciaux).

Les simulations  réalisées par l’IEIF de l’évolution de l’ILAT et de l’ILC pour  2021 et  2022 montrent que l’ILAT devrait connaître un point bas  au 1er trimestre  puis remonter et dépasser fin 2021 le niveau pré-covid. L’ILC connaîtrait une évolution comparable.

Enfin, à partir de l’année prochaine, l’ILAT et l’ILC devraient progresser dans une étroite bande comprise entre 1,5 % et 2,5 % par an. IEIF

Les commerces : 1er trimestre décevant mais pas surprenant

La solidité des bureaux et le dynamisme de la logistique contraste avec le marché des commerces.  Les volumes investis frôlent 200 millions d’€ contre 630 millions d’€ un an avant. Rien d’étonnant  selon Knight Frank France. Car la fermeture de certains commerces a pu contraindre des investisseurs à retarder des mises en vente  ce qui a logiquement réduit l’activité. Les discussions actuelles entre bailleurs et locataires sur le paiement des loyers, le manque de visibilité sur la situation sanitaire et les interrogations sur l’avenir du commerce physique ajoutent à l’incertitude et exacerbent la prudence des potentiels acquéreurs.

Si les investisseurs sont  moins nombreux, ils n’ont toutefois pas déserté le marché en ciblant les actifs bien placés, sécurisés par des baux fermes et loués à des enseignes moins impactés par la crise.

Efimmo 1 : un taux de recouvrement des loyers de 96% au 1er trimestre

Malgré un environnement contraint, la SCPI demeure bien armée. Les raisons ? Des fondamentaux solides comme une belle diversification d’actifs et d’emplacements, un endettement faible (17%), une trésorerie élevée (90 millions d’€) des réserves pour soutenir la distribution ou encore une valeur d’expertise du patrimoine en « baisse très limitée » (-0,61 %). Du coup, ces bons résultats ont conduit à verser un 1er acompte (2,64 €)  en hausse de +4,8 % par rapport à la même période de 2020. Sur l’ensemble de l’exercice Sofidy table sur une fourchette de dividende comprise entre 11€ et 11,7€ en 2021 (vs 1,38€ en 2020).

Sofipierre vise une allocation cible équilibrée entre commerces, bureaux et logistique

L’activité du 1er trimestre a été marquée par un taux d’occupation financier élevé (92,26 %) et un taux de recouvrement un peu moins convaincant (83,5 %). Mais les aides dont bénéficient les locataires contraints à la fermeture permettent de continuer à améliorer le recouvrement. Un optimisme que traduit Sofidy par un   maintien du 1er acompte  (6,06€) et des perspectives de revenus 2021 de 27 € minimum.  Largement exposée aux commerces, la SCPI qui dispose d’une trésorerie confortable (11 millions d’€) entend déployer sa diversification notamment vers la logistique et les locaux d’activité afin d’obtenir une répartition équilibrée autour de 3 grandes typologies.

Immorente : des atouts forts pour passer une période délicate

Malgré une exposition d’environ 18% (base annuelle) aux locataires commerçants fermés provisoirement, la SCPI entend profiter du probable rebond de la consommation dès la sortie de crise sanitaire. Soutenue par sa large diversification, 112 millions d’€ de liquidités, des réserves importantes, Immorente devrait confirmer une bonne résilience de ses performances cette année. Sofidy estime sa  distribution indicative entre 14,5€ et 15,25€, un montant en ligne avec les performances de l’année précédente (14,88€). Quant au 1er acompte, il s’établit à 3,51 €  (+4,5 % par rapport au 1er trimestre 2020).

Cœur de ville : une gestion pérenne, axée sur la proximité et la réactivité

Un taux de recouvrement des loyers supérieur à 92% en 2020, pareil pour le 1er trimestre 2021, une belle résilience du patrimoine qui permet à la SCPI de verser un 1er acompte de 2,73€ et de maintenir un taux de distribution de dividendes prévisionnels 2021 à 5,30%,

Sogenial Immobilier insiste sur les différentes typologies de commerces qui ne nécessitent pas les mêmes mesures d’accompagnement. Et même si la vigilance s’impose, Cœur de Ville est plutôt à l’abri grâce à un socle fort de commerces alimentaires (33,9%) et aucun actif dans la restauration.

Découvrez quelle solution d'épargne est faite pour vous
Faire une simulation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *