LINXEA Immo
La valeur du patrimoine des SCPI a bondi de 20% en 2017

13/09/2018

Selon l’IEIF, la puissance de la collecte des SCPI et leurs investissements ont fait bondir la valeur de leur patrimoine de 20% en 2017


La valeur du patrimoine des SCPI
En 2017, la valeur du patrimoine des SCPI atteint un niveau record : 49,4 Mds€ dont 44,5Mds€ en France soit un bond de 20% par rapport à 2016. Ce montant les place derrière les SIIC (134,6Mds€) les assurances (110,9Mds€) ou les OPCI (80 Mds€) alors qu’elles ont été les investisseurs les plus actifs (7,9Mds€)… et de loin (assurance 2,1mds€, SIIC 1,9Md€, OPCI 1,2Md€) !
L’EIF note également la très forte progression de la collecte depuis 2010 qui a conduit les SCPI à investir massivement. Du coup, la conjugaison collecte-investissements explique la forte évolution des valeurs vénales.
A noter que la taille unitaire moyenne des actifs en patrimoine détenus par les SCPI reste assez limitée. Elle se monte à 7,3 M€.

Géographie du patrimoine des SCPI
Paris (21%) et sa région (41%) forment un axe central suivi par la province (28%). Depuis plusieurs années la puissance de la collecte a conduit les SCPI à adopter une stratégie plus offensive afin de créer de la valeur. Précisément en se dirigeant vers l’étranger (10% vs 4% en 2015) et les actifs « Core » dans les capitales européennes les plus dynamiques précise l’IEIF. Au-delà des fondamentaux de ces marchés, cette extension européenne revêt l’avantage de capter une clientèle attirée par une fiscalité plus attractive. Ainsi l’Allemagne représente ainsi 58 % de leurs avoirs à l’étranger, suivi par les Pays-Bas (24 %), l’Italie (6 %) et la Belgique (5 %).

Enfin, cette internationalisation des investissements semble se confirmer au 1er trimestre 2018 avec 34 % des engagements à l’international. A titre de comparaison, on notera que les OPCI et les assureurs sont ceux qui sont le moins investi à l’étranger (2% et 4%).


Typologie du patrimoine des SCPI
Les bureaux constituent un axe privilégié partagé par les SCPI (64%), les assurances (65%) et les OPCI grand public (72%)
Après des années de croissance en passant de 12 % des actifs en 2001 à 21 % en 2011, le segment commercial amorce « peut- être un retournement lié, là encore, au problème de positionnement de cet actif ». Sa part recule d’1 point en 2017 (20%) tandis que ce segment pèse plus du double chez les SIIC (52%) et juste 9% du côté des assureurs.
Marginale aujourd’hui, la part du logement représentait 19 % du portefeuille des SCPI en 1999 contre 8% en 2017. Comme pour les autres investisseurs, les raisons de cette faible exposition résulte autant de rendements faibles que « réglementations contraignantes » qui amènent à se détourner de ce type de biens.
L’immobilier de service comme la santé, l’hôtellerie (2%), les locaux d’activité-logistique ont encore peu de poids le secteur de la santé (cliniques, maisons de retraite) représente 2% des actifs détenus et les résidences services 1%.

Blandine Blanc-Durand