LINXEA Immo
LES NEWS DE L'IMMOBILIER AOUT

02/08/2018

Paris : 1 510 €/mois, pour louer un petit 2 pièces meublé de 40 m2

A Paris, les prix des logements loués en meublé ont connu une légère hausse au cours du deuxième trimestre de l’année : 37,77 € / m² / mois en moyenne, soit +1,5 % par rapport à la même période en 2017 indique Lodgis qui donne les montants suivants pour les loyers mensuels hors charges :


Localisation Prix/m2
Moyenne sur Paris, tous arrondissements (1er au 20ème arrondissement 37,77 €
Paris centre (1er au 8ème arrondissement) 41,32 €
Paris hors centre (9 au 20ème arrondissement) 35,47 €

(Source : Baromètre de la location meublée LODGIS)


Ainsi, l’évolution générale des loyers des meublés parisiens (+1,5 %) suit de façon naturelle l’inflation des prix (+2,1 % en juin 2018 selon l’Insee).


Des taux d’intérêts très légèrement en baisse

Des taux globalement stables mais de fortes décotes !

« Si les moyennes d’entrée restent globalement stables, nous observons des baisses notables comprises entre 0,05 % et 0,20 % selon les durées sur les dossiers considérés par les banques comme légèrement meilleurs que la moyenne », observe Maël Bernier, directrice de la communication de meilleurtaux.com. « Ainsi les taux les plus bas affichés dans les barèmes se situent sous la barre des 1 % pour 15 ans, autour de 1,10 % pour 20 ans et 1,35 % sur 25 ans » ajoute-t-elle.


Les moyennes restent autour de 1,40 % sur 15 ans, 1,60 % sur 20 ans et 1,83 % sur 25 ans.


Taux moyens constatés au 03 juillet 2018


  • 1,40 % sur 15 ans
  • 1,60 % sur 20 ans
  • 1,83 % sur 25 ans

  • Encadrement des loyers à Paris

    C’est un peu la confusion dans ce domaine…


    • D’une part, l’UNPI Paris se félicite de la décision rendue par la Cour d’Appel Administrative et commente ainsi la décision : « On peut observer que ce qui est appelé l’encadrement des loyers et qui n’est en réalité que la fixation administrative des loyers, se heurte par sa complexité et son inutilité aux principes de notre droit. Le pouvoir politique serait inspiré, au lieu d’être « mauvais joueur » en voulant modifier unilatéralement les règles du jeu au travers de la loi ELAN, d’écouter la voie de la sagesse que cette décision vient de rappeler. »
    • D’autre part, le décret d ’encadrement des loyers en cas de changement de locataire a été reconduit pour la période du 1er août 2018 au 31 juillet 2019 (Décret 2018-549 du 28 juin 2018, Journal Officiel du 30 juin).

    Accession au logement

    A en croire l’INSEE (INSEE Analyses n° 39 paru le 18 juillet 2018), en prenant en compte le coût du logement, les propriétaires français sont bien placés en Europe. La France, avec le Portugal et l’Autriche, est parmi les pays à taux d’effort modéré pour le service du logement.


    Pour les investissements locatifs, les plafonds de loyers 2018 sont fixés

    L’administration fiscale a actualisé les plafonds de loyer et de ressources des divers dispositifs d’incitation fiscale pour l’année 2018. Ces dispositifs sont subordonnés à la mise en location :


    • des logements dont les loyers ne peuvent excéder des plafonds fixés par décret ;
    • au profit de ménages disposant de ressources qui n’excèdent pas des plafonds fixés par décret.

    L’actualisation vise les huit dispositifs suivants :


    • Besson neuf (CGI : art. 31, I-1°- g) ;
    • Besson ancien (CGI : art. 31, I-1°- j) ;
    • Robien classique et recentré (CGI : art. 31, I-1°- h) ;
    • Borloo neuf (CGI : art. 31, I-1°-l) ;
    • Borloo ancien ou conventionnement Anah (CGI : art. 31, I-1°- m) ;
    • « Louer abordable » ou conventionnement « Anah » (CGI : art. 31, I-1°- o) ;
    • Scellier en métropole et en outre-mer (CGI : art. 199 septvicies) ;
    • Duflot / Pinel en métropole et en outre-mer (CGI : art. 199 novovicies).

    Voici pour les baux conclus ou renouvelés en 2018, dans le cadre du dispositif Pinel, en métropole, les plafonds de loyer applicables :


    Zones Loyer maximal mensuel des logements (en euros/m2 de surface utile)
    Zone A bis 16,96 €
    Zone A 12,59 €
    Zone B1 10,15 €
    Zone B2 et C (sur agrément) 8,82 €

    Connaître les niveaux de loyers dans les grandes agglomérations françaises

    Le réseau des Observatoires locaux des loyers (OLL) met à disposition les statistiques des niveaux de loyers du parc locatif privé afin d ’offrir une vision fiable des marchés locatifs locaux, notamment via un nouveau site Internet : www.observatoires-des-loyers.org développé par l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL) avec l’ensemble des observatoires locaux et l’appui du ministère du Logement.


    Et combien coûte l’hectare de vigne « Beaujolais Village » ?

    Si en Gironde, l’hectare de vigne Pomerol peut coûter jusqu’à 4 400 000 €, en Côte d’Or l’hectare de Bourgogne Grand Cru peut se vendre jusqu’à 13 950 000 €, ce sont les prix maximaux que le ministère de l’agriculture et de l’alimentation a constaté en 2017.

    Quant à l’hectare de vigne Beaujolais Village, son prix maximal constaté dans le département du Rhône a été de 30 000 € l’hectare (et son prix moyen de 13 000 € l’hectare).


    Ce barème permet d’avoir une vision indicative des prix pratiqués lors des transactions effectuées dans chaque région. Sont ainsi observés, les prix hors taxes, frais d’acte non compris :


    • des terres libres de tout bail, ou dont le bail est résilié dans l’acte de vente, à partir de 70 ares ;
    • des terres louées totalement ou en partie, et d’une superficie supérieure ou égale à un seuil adapté aux particularités de chaque département, seuil inférieur à 70 ares ;
    • des terres à la vente dans les départements d’outre-mer ;
    • des vignes à la vente.

    La valeur dominante correspond au prix le plus souvent pratiqué tel qu’il a été constaté ou estimé.

    Pour accéder à tous ces barèmes : http://agreste.agriculture.gouv.fr/enquetes/territoire-prix-des-terres/valeur-venale-des-terres-agricoles/


    Quelques exemples de prix de vignes à l’hectare
    Département Vigne AOC Prix maxi à l’hectare constatés en 2017
    Gironde Lalande de Pomerol 260 000 €
    Gironde Pomerol 4 400 000 €
    Marne Champagne Cöte d’Epernay Grande Montagne (zone 2) 2 532 000 €
    Aisne Champagne 996 000 €
    Hérault Picpoul de Pinet 28 000 €
    Loir et Cher Touraine 16 000 €
    Indre et Loire Saint Nicolas de Bourgueil 62 000 €
    Ardèche Cornas 500 000 €
    Yonne Chablis Premier Cru 400 000 €
    Source : Arrêté du 28 juin 2018 portant fixation du barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricoles en 2017, Journal Officiel du 4 juillet 2018
LINXEA