Comment financer les études de vos enfants ?

10/09/2018
Le financement des études de ses enfants représente une dépense importante pour beaucoup de parents. Logement, transport, frais d’inscription et de scolarité, coût du matériel informatique... le prix à payer pour financer des études supérieures peut être conséquent et doit être anticipé.

Des bourses pour réduire les frais des études

Pour financer la scolarité de vos enfants, vous devez faire face à des dépenses diverses qui représentent un coût important. Il existe des bourses sur critères sociaux (BCS) qui s’adressent aux étudiants de moins de 28 ans. Leur obtention et leur montant dépendent :


  • Des revenus des parents

  • Du nombre d’enfants à charge

  • Du trajet à parcourir quotidiennement

D’autres mesures cumulables avec les BCS viennent compléter ce dispositif :


  • Programme Erasmus + dans le cadre d’échanges européens

  • Aide à la mobilité internationale, pour les étudiants qui souhaitent suivre une formation supérieure à l’étranger

  • Aide au mérite, dès la mention « très bien » au baccalauréat

  • Allocations pour la diversité dans la fonction publique, pour préparer un concours de la fonction publique, sous condition de ressources et de résultats

  • Allocation spécifique annuelle pour étudiant en difficulté

Les conseils régionaux proposent également des bourses à destination des étudiants, notamment dans les secteurs médicaux et sociaux.


Votre épargne personnelle pour financer leurs études

Si les ressources de votre foyer vous interdisent l’accès aux bourses, vous pouvez opter pour une solution d’épargne personnelle :


    Souscrire un contrat d’assurance-vie au nom de l’enfant, pourvu d’une fiscalité avantageuse au bout de 8 ans et défiscalisé pour les rachats annuels jusqu’à 4 600 €

  • Effectuer un don familial à un enfant majeur, exonéré d’impôt dans la limite de 31 865 € tous les 15 ans

  • Faire donation d’un portefeuille de valeurs ou de parts de SCPI

  • Céder temporairement l’usufruit d’un bien immobilier

A noter : Le livret A ne constitue pas un placement optimisé pour le financement des études, du fait de sa rémunération faible et de la liquidité du capital.


Les aides au logement étudiant

Le logement étudiant représente des frais importants, surtout dans les grandes agglomérations au marché immobilier locatif congestionné. Les aides au logement peuvent constituer un soutien, dotées d’un montant variable en fonction du lieu de résidence et du prix du loyer :


  • Aides publiques au logement (APL)

  • Aides au logement social (ALS), gérées par le CROUS

Parmi les alternatives, on peut citer :


  • La colocation
  • La location en résidence étudiante
  • Le logement en cité universitaire via le CROUS

A noter : Les loyers sont moins élevés dans les résidences universitaires que dans le parc immobilier privé.


Souscrire un prêt étudiant pour financer sa scolarité

La plupart des banques proposent des prêts étudiants. Si les taux d’intérêt sont souvent élevés, certaines offres de crédit se passent de garants et bénéficient parfois de la gratuité des frais de dossier.


Le prêt étudiant garanti par l’État est un crédit à la consommation qui s’adresse aux résidents français et européens de moins de 28 ans inscrits dans un établissement de l’enseignement supérieur français :


  • Le prêt étudiant garanti par l’État est accordé sans conditions de revenus ni plafond de ressources

  • Il n’est pas nécessaire de fournir une caution ni d’avoir un garant personnel

  • Le montant du prêt est plafonné à 15 000 €

  • Le taux d’intérêt est librement fixé par la banque partenaire

La durée du prêt dépend de la banque choisie, avec un minimum de 2 ans. Les remboursements peuvent bénéficier d’un différé total ou partiel, en distinguant :


  • Le remboursement des intérêts et des éventuelles primes d’assurance pendant la scolarité

  • Le remboursement du capital après les études

Le conseil LINXEA


Les banques sont libres d’accepter votre demande de prêt étudiant. Certains établissements limitent le nombre de prêts garantis par l’État octroyés chaque année, il est donc conseillé de formuler votre demande sans attendre la rentrée scolaire.