Les 4 cauchemars de l'épargnant

05/10/2018
Beaucoup d'épargnants nous ont confié vivre une nuit bien particulière chaque 31 octobre pour Halloween. Avez-vous déjà fait l’un de ces rêves ?

Douloureuse amputation en agence bancaire

Le rêve commence par un appel de votre conseiller bancaire. Il a besoin de vous voir mais il ne peut pas vous expliquer pourquoi au téléphone. Comme cela semble important, vous posez une journée de congé pour passer à l’agence.


Après vous avoir servi un mauvais café, il en vient aux faits : cette semaine, il doit vous faire souscrire un contrat d’assurance-vie. Vous acceptez par politesse en versant 10 000 €.


Ce n’est que plus tard que vous constaterez que votre capital a été douloureusement amputé de frais d’entrée : sur 10 000 € versés, seuls 9 700 ont été réellement investis, le reste ayant disparu à jamais...


Au beau milieu de la nuit, vous vous réveillez couvert de transpiration, craignant que votre banquier ne surgisse du placard pour s’en prendre à la tirelire de vos enfants !


Après une rapide vérification, vous réussissez à vous rendormir.


Prisonnier du labyrinthe

Cette assurance-vie n’est vraiment pas la meilleure : le rendement de son fonds en euros tutoie dangereusement celui du Livret A. Vous décidez alors d’arbitrer vers des unités de compte.


Pour cela, vous devez prendre rendez-vous avec votre conseiller via une plateforme téléphonique. Pendant plus d’une heure, vous tapez sur 3, puis 2, puis étoile, et annoncez « rendez-vous » avant de vous retrouver au point de départ. Un labyrinthe cauchemardesque dont vous ne parvenez à vous échapper qu’en jetant le téléphone contre le mur.


Réveillé en sursaut, vous faites quelques Sudoku pour vous passer les nerfs et vous rendormez.


Le conseiller fantôme

De retour dans le rêve, vous posez une nouvelle journée de congé et arrivez enfin à l’agence.


Mauvaise surprise : votre conseiller a été muté dans une contrée obscure pour une raison mystérieuse. Dans son bureau, un nouveau conseiller fraîchement diplômé vous propose avec un grand sourire de faire un point sur vos projets. Vous vous souvenez alors avoir vécu la même scène l’an dernier, et il y a deux ans, et trois ans...


Vous vous réveillez en nage, allez chercher un verre d’eau et retrouvez le sommeil devant le DVD de « Un jour sans fin ».


L ’attaque des clones

Vous avez enfin réussi à obtenir le formulaire d’arbitrage, précieux sésame qui vous évitera des années de supplice sur le plus mauvais fonds en euros de la planète.


Mais au moment de choisir des unités de compte, c’est un choc. Seuls 6 fonds sont disponibles, tous gérés par la filiale de la banque. Des fonds médiocres, qui stagnent aux tréfonds des classements. Le nom de la banque résonne de plus en plus fort dans votre tête. Elle est partout, vous ne pouvez plus lui échapper...


Vous vous réveillez en tombant du lit. Il est 6h30, la journée s’annonce difficile.


Le jour se lève enfin

Le jour se lève. Vous vous connectez sur votre espace client LINXEA pour retrouver vos contrats d’assurance-vie LINXEA et ce qui fait leur succès : une absence de frais d’entrée, des fonds en euros parmi les meilleurs du marché, une gamme d’unités de compte pléthorique. Vous êtes bien sorti du rêve.


Évidemment, tous ces épisodes cauchemardesques sont fictifs. Mais ils ne le sont devenus que progressivement, parce qu’Internet a révolutionné la manière de gérer l’épargne. Et pour certains de vos proches, ils sont encore une réalité. Terrifiant, n’est-ce pas ?


D’ailleurs, puisque l’on parle d’Halloween, c ’est le bon moment de vérifier que la clause bénéficiaire de vos contrats correspond bien à vous souhaits. Car donner des bonbons aux enfants c’est une chose, mais penser à eux un peu plus concrètement, c’est mieux !


Joyeux Halloween à tous les épargnants :)