LINXEA Spirit et LINXEA Spirit Capitalisation sont aussi l’oeuvre d’un assureur jeune et dynamique

Assureur du contrat d’assurance-vie LINXEA Spirit, du contrat de capitalisation LINXEA Spirit Capitalisation, la compagnie d’assurance Spirica du groupe Crédit Agricole Assurances est bien connue pour son caractère innovant et dynamique, son éthique et l’originalité de ses solutions d’assurances dans le respect de ses clients assurés.
Daniel Collignon, Directeur général de Spirica, nous fait part de son point de vue sur quelques aspects contemporains de l’assurance-vie.

LINXEA : Voulez-vous nous présenter votre compagnie d’assurance et sa place au sein du groupe Crédit Agricole ?
Daniel Collignon : Crédit Agricole Assurances est le deuxième groupe d’assurance en France. Il rassemble les filiales assurances du Crédit Agricole et propose une gamme de produits et services en épargne, retraite, santé, prévoyance et assurance des biens. Ces offres sont en majorité distribuées par les banques du groupe Crédit Agricole en France et dans le monde mais également, via certaines filiales, auprès de conseillers en gestion patrimoniale et des agents généraux. Chez Spirica, notre agilité et la diversité de nos offres nous permettent de nous positionner sur plusieurs de ces canaux de distribution, en particulier les plateformes à destination des CGPI, ou la distribution via internet. Par ailleurs, nous assurons des offres commercialisées par des agents généraux ou encore des banques privées.

LINXEA : Et si nous revenions sur les chiffres et la croissance de la compagnie d’assurance Spirica ?
Daniel Collignon : 2014 a été une excellente année. Notre collecte brute a augmenté de près de 70% pour dépasser 800 millions d’euros. Nous avons aujourd’hui dépassé le cap de 3 milliards d’euros sous gestion. De très bons résultats qui témoignent d’une forte dynamique commerciale pour une société créée en 2007 et qui affiche déjà des comptes solidement bénéficiaires.

LINXEA : Quel avenir pour les fonds en euros ?
Daniel Collignon : Les fonds en euros subissent l’effondrement des taux d’intérêt. On est ainsi passé sur l’OAT 10 ans (qui leur sert de référence) d’un rendement de 2,50% début 2014 à un plancher de 0,50%. Mi-juin 2015, l’OAT donne du 1,20%. Les rendements moyens des fonds en euros classiques perdront environ 0,50 point en 2015 par rapport à 2014.
Sur LINXEA Spirit nous offrons un second fonds en euros : « Euro Allocation Long terme » qui ouvre des perspectives de rendement moyen supérieur à celui des fonds en euros « classiques » grâce à une durée de détention par le client plus longue (minimum trois ans), permettant ainsi à Spirica de réaliser des investissements potentiellement plus performants sur les marchés et notamment sur l’immobilier.

LINXEA : Constatez-vous des modifications des comportements des assurés ?
Daniel Collignon : Un changement s’opère sur toutes les strates du marché. Les assurés ont déjà anticipé cette baisse des fonds en euros, puisque nous constatons qu’ils sont investis, par exemple, à hauteur de 40% en unités de compte sur LINXEA Spirit. L’immobilier conserve une rentabilité appréciable et d’ailleurs LINXEA Spirit offre plusieurs SCPI (pas moins de 17 !) qui affichent un bon taux de rendement et représentent des solutions extrêmement intéressantes et claires pour les clients de LINXEA.

LINXEA : Qu’envisagez-vous pour les allocations d’actifs des assurés ?
Daniel Collignon : Nous regardons aussi tout ce qui est allocation d’actifs grâce à des modèles mis au point par de nouvelles sociétés, avec des analyses différentes, construites notamment sur la base de travaux de l’EDHEC, et qui permettront de faire des allocations personnalisées avec un profil par client prenant en compte ses modalités de versements de primes, ses échéances de sorties, son aversion au risque.

LINXEA : Que pensez-vous des contrats « Vie Génération » ?
Daniel Collignon : Lancés par quelques assureurs avec un succès très limité, ces produits s’adressent plutôt à des clients âgés peu intéressés par les unités de compte. Nous analysons cette possibilité de contrat, notamment avec comme support un OPCI (Organisme de Placement Collectif Immobilier) spécialisé d’Amundi.
L’intérêt des « Vie Génération » c’est l’avantage fiscal pour les transmissions avec l’abattement de 20% à la base. Cela touche tous ceux qui ont plus de 152 500 euros à transmettre par bénéficiaire.