LES NEWS FAMILLE MAI - LINXEA
Appelez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

LES NEWS FAMILLE MAI

Famille face au coucher de soleil

Les crédits à la consommation continuent de progresser

En France, la croissance des crédits à la consommation aux particuliers reste dynamique (+5,9 % en décembre 2018 après +5,8 % en septembre 2018). Celle-ci est principalement portée par les prêts amortissables (+5,2 %) et les crédits-bails – la croissance du crédit-bail, pour des encours restant relativement modérés, étant à relier, comme les trimestres précédent, aux offres de financement d’achat de véhicules.

Les taux d’intérêt moyens français des crédits renouvelables, découverts et divers (5,5 %) et des nouveaux crédits amortissables (3,6 %) baissent par rapport au trimestre précédent et sont proches des plus bas niveaux historiques.

La progression des crédits aux ménages (particuliers et entrepreneurs individuels) reste stable en France (+6,0%) alors qu’elle ralentit légèrement dans la Zone Euro. (STAT INFO paru le 29 mars 2019 « Les crédits à la consommation – France et Zone Euro »)

Réforme de la justice

La loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice et la loi organique relative au renforcement de l’organisation des juridictions ont été publiées au Journal officiel du 24 mars 2019. Ces textes portent notamment sur la simplification de la procédure du divorce.

Rats des villes ou rats des champs ?

HSBC a publié la troisième édition de son étude « Beyond the Bricks » (« Au-delà des briques ») intitulée « The Pollution Solution » (« La solution à la pollution ») qui fournit un éclairage sur l’attitude, le comportement et les motivations des propriétaires ayant fait le choix d’abandonner un centre urbain au profit des agglomérations périphériques et du milieu rural.

Cette étude rapporte notamment que :

  • Au niveau mondial, parmi les propriétaires interrogés, plus d’une personne sur dix (12 %) a fait le choix de quitter un centre urbain pour une agglomération périphérique ou le milieu rural. Cette décision s’explique notamment par la volonté de fuir le stress généré par la vie urbaine (17 %) et d’échapper à la pollution des villes (14 %) ;
  • Pour un propriétaire sur deux dans le monde, le progrès technologique et le développement des réseaux de transports sont vus comme des facteurs déterminants pour franchir le pas et quitter un centre urbain pour une agglomération périphérique ou le milieu rural ;
  • Pour les propriétaires français, la principale motivation d’un abandon d’un centre urbain au profit d’une relocalisation dans une agglomération périphérique ou dans le milieu rural réside toutefois dans la quête d’un rythme de vie plus serein et apaisé (58 %), largement au-dessus de la moyenne mondiale (21 %).

Mettre les villes à la campagne, un vieux rêve ?

Les commentaires sont fermés.