Point Economie France - septembre 2018 - LINXEA
Appelez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

Point Economie France – septembre 2018

Drapeau français

Sur le plan intérieur, le commerce de détail et les créations d’entreprises sont en baisse, quant au commerce extérieur c’est toujours notre « maillon faible » puisque les transactions internationales courantes se sont dégradées fortement au deuxième trimestre 2018.

D’une manière générale, le climat des affaires reste soutenu tandis que les ménages sont confiants dans l’avenir. Cependant les annonces de désindexation des pensions de retraite pourraient mettre à mal la confiance des Français. Il ne faut surtout pas oublier qu’entre la réalité économique et la publication des chiffres par l’INSEE et la Banque de France le décalage est au minimum d’un mois et la plupart du temps d’un trimestre. Dans le monde actuel cet écart est très important.

En juillet, la production industrielle progresse

Industrie, services marchands et bâtiment se portent bien. L’activité a bien rebondi. La production a a augmenté en juillet 2018 particulièrement dans la fabrication de matériel de transport et la pharmacie. Elle ralentit dans le secteur des équipements électriques, de la chimie et du bois.

Les carnets de commande restent bien garnis. Selon les chefs d’entreprise, l’activité augmenterait plus vivement en août.

  • L’activité des services ralentit, notamment dans le secteur des transports, de l’hébergement-restauration et l’intérim. Elle reste dynamique dans le conseil. La demande reste soutenue. Les chefs d’entreprise prévoient une accélération de l’activité en août.
  • L’activité du bâtiment s’accroît, particulièrement dans le second œuvre. Les effectifs sont un peu moins bien orientés.

Le climat des affaires est rassurant

Dans l’industrie, l’ICA (indice de confiance de l’activité) s’établit à 101 en juillet, comme en juin (après 100 en mai).

Dans les services, l’ICA s’établit à 102 en juillet, après 103 en juin (102 en mai).

Dans le bâtiment, l’ICA s’établit à 104 en juillet, après 105 en juin (105 en mai).

Selon l’indicateur synthétique mensuel d’activité (ISMA), le produit intérieur brut progresserait de 0,4 % au troisième trimestre 2018 contre 0,3 % au second trimestre (première estimation). (Banque de France- Conjoncture. Prévisions. Conjoncture à fin juillet 2018, publié le 8 août 2018).

La croissance des crédits à l’équipement se maintient à un niveau élevé

La croissance des crédits à l’investissement demeure très forte (+ 6,4 %, après + 6,5 %), en particulier celle des crédits à l’équipement (+ 7,4 %, après +7,6 %). (Stat Info “Crédit aux SNF – France” (Juillet 2018), paru le 28 août 2018).

Au mois de juillet, les établissements bancaires font état d’une hausse de la demande de crédits des entreprises, portée principalement par la composante « fusions- acquisitions ». (STAT INFO Enquête mensuelle auprès des banques sur la distribution du crédit – France Juillet 2018- publié le 10 août 2018).

Les défaillances d’entreprises diminuent de 7 % sur un an

Sur un an glissant, le nombre de défaillances d’entreprises a diminué de 7 % à fin mai 2018 (dernières statistiques en date publiées en août).

  • À fin mai 2018, le cumul sur 12 mois du nombre de défaillances s’élève à 52 534, soit une baisse de 7 % par rapport à mai 2017.

Le recul des défaillances concerne la majorité des secteurs

  • Les secteurs de la construction, de l’agriculture et des activités immobilières enregistrent les plus forts reculs du nombre de défaillances cumulées sur 12 mois (respectivement -10,0 %, -9,4 % et -9,2 %). Les défaillances diminuent également sensiblement dans d’autres secteurs, en particulier dans l’industrie (-8,8 %).
  • En revanche, les défaillances augmentent dans les transports et l’entreposage (+4,5 %).

En mai 2018, le nombre de défaillances de PME diminue

  • Les défaillances reculent pour l’ensemble des PME (-7,0 %). Elles augmentent, en revanche, pour les ETI et les grandes entreprises (+9 % défaillances sur un an).

Les encours de crédits portés par les entreprises défaillantes sur les douze derniers mois représentent à fin mai près de 0,4 % du total des encours de crédit déclarés au Service Central des Risques de la Banque de France.

Selon des données encore provisoires, le cumul des défaillances diminuerait de 6,7 % à fin juin 2018. (STAT INFO « Défaillances d’entreprises – Juin 2018 » paru le 14 août 2018)

Baisse des créations d’entreprises en juillet 2018

En juillet 2018, le nombre total de créations d’entreprises tous types d’entreprises confondus diminue de nouveau (?3,3 % après ?1,1 % en juin, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables). Les créations d’entreprises classiques baissent (?3,9 % après ?1,7 %) ainsi que les immatriculations de micro-entrepreneurs (?2,5 % après ?0,3 %). (Informations Rapides n° 221 paru le : 24 août 2018).

L’activité dans les travaux publics a ralenti temporairement

Au deuxième trimestre, l’activité dans les travaux publics a légèrement baissé. Les carnets de commandes restent bien garnis, malgré un fléchissement. Les effectifs se renforcent. Les prix des devis sont orientés à la hausse.

Selon les chefs d’entreprise, l’activité du prochain trimestre serait très dynamique. L’indicateur du climat des affaires dans les travaux publics s’établit à 109 au 2ème trimestre 2018 contre 110 au 1er trimestre 2018. (Banque de France – Conjoncture travaux publics – 9 juillet 2018).

Petite faiblesse dans le commerce de détail

Sur les trois derniers mois, les ventes du commerce de détail diminuent (-0,7 %,), tant pour celles de l’alimentation (-0,8 %) que des produits industriels (- 0,7%). Elles sont mal orientées pour la plupart des produits, à l’exception notable de l’électronique grand public, dynamisé par la coupe du monde de football, et des cycles et motocycles.

La plupart des circuits de distribution pâtissent de la baisse des ventes.

En juillet, les ventes diminuent (-0,6 % %). Si le chiffre d’affaires pour les produits alimentaires progresse faiblement (+0,2 %) celui des produits industriels baisse nettement (-1,2 %). La vente à distance recule.

(Cahier Activité du commerce de détail de l’EMC pour le mois sous revue juillet 2018 : synthèse et détail sectoriel. Activité du commerce de détail à fin juillet 2018).

Le commerce extérieur se dégrade

Au deuxième trimestre 2018, le solde des transactions courantes ressort à – 6,4 milliards (0,3 milliard au trimestre précédent). Sur une année glissante, le déficit ressort à -10,5 milliards, soit un niveau moindre que celui observé pour l’année 2017 (-13,1).

En rythme trimestriel, le solde des biens se dégrade de 1 milliard d’euros, pour atteindre -13,7 milliards au T2 2018. Ce recul s’explique par un alourdissement de la facture énergétique, le solde des biens hors énergie étant inchangé (-2,6 milliards).

L’excédent des services affiche une moindre performance qu’au T1 (4,1 milliards, après 8,7 milliards) en raison d’un tassement des services hors voyages et hors transports.

Dans le compte financier, les sorties liées aux investissements français à l’étranger restent élevées : 30,1 milliards au T2, après 25,6 milliards au T1. Les investissements étrangers en France affichent des flux plus modestes, mais en progression (9,6 milliards, après 6,3 milliards au T1).

En juin, les transactions courantes restent déficitaires : -2,3 milliards après -2,9 en mai et -1,1 en avril. Les biens sont déficitaires de 4,9 milliards alors que les services sont en excédent de 1,4 milliard. Les revenus restent excédentaires (+1,1 milliard). (STAT INFO « La Balance des paiements – France – Juin 2018 et T2 2018 »).

La confiance des ménages reste stable

En août 2018, la confiance des ménages dans la situation économique est stable : l’indicateur synthétique se maintient à 97. Il se situe ainsi au-dessous de sa moyenne de longue période (100) pour le quatrième mois consécutif.

Le contexte économique en France est bien ressenti. En août, les ménages sont plus optimistes quant au niveau de vie futur en France : le solde correspondant gagne 3 points mais demeure légèrement inférieur à sa moyenne. La part des ménages qui considèrent que le niveau de vie passé en France s’est amélioré au cours des douze derniers mois est inchangée. Le solde correspondant se situe au niveau de sa moyenne de longue période. (Informations Rapides no 222 paru le 28 août 2018).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *