Piocher dans son épargne sans grever sa fiscalité

Le Journal du Dimanche

Au moment de sortir d’une assurance-vie, il y a mieux à faire que racheter totalement son contrat, en lissant ses sorties dans le temps.

Les rachats partiels programmés permettent de calibrer les sorties en fonction du train de vie, qui n’est pas nécessairement constant sur longue période, en particulier pour les retraités, complète Carole Dambrun, directrice de l’ingénierie patrimoniale de LINXEA. Les besoins de liquidités sont souvent plus importants lors des premières années de retraite pour profiter de la vie puis, plus tard, pour financer les coûts liés à une éventuelle entrée en dépendance.»

« L’absence de frais à l’entrée [sur les versements] est un prérequis, faute de quoi il sera nécessaire d’attendre parfois plusieurs années pour absorber ce coût, précise Carole Dambrun. Il faut aussi tenir compte de la part maximum des versements qu’il est possible d’affecter au fonds sécuritaire en euros, au regard du besoin d’épargne à débloquer. Pour débloquer 70 000 euros à court terme, le montant total du versement devra atteindre 100 000 euros si l’assureur exige une quote-part d’au moins 30 % sur des supports en unités de compte.»Face à la difficulté de l’exercice, l’accompagnement d’un professionnel ne sera pas superflu.

Lire l’article ici.

Découvrez quelle solution d'épargne est faite pour vous
Faire une simulation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *