Archives des Fondamentaux - Linxea

Fonctionnement de l’assurance vie

L’assurance-vie est un produit d’épargne qui permet au souscripteur de se constituer un capital (constitué de ses versements et des intérêts générés) qu’il :

Les sommes déposées dans des contrats d’assurance-vie fructifient selon le type de contrat et de supports choisis. Le souscripteur a le choix entre :

Si la Bourse monte, l’épargnant qui a choisi des supports actions fait une bonne affaire, si elle descend, c’est lui qui assume le risque de perte. Les bons contrats multisupports proposent un ou deux fonds en euros (totalement ou partiellement sécuritaires), une ou plusieurs SCPI ou SCI (immobilier en parts) et souvent des fonds à formules avec une protection du capital investi, totale ou partielle.

Dans tous les cas, en cas de décès de l’assuré, les capitaux sont versés à une ou plusieurs personnes désignées dites « bénéficiaires ».

À qui s’adresse ce placement ?

L’assurance vie s’adresse à tout le monde. Cependant, France Assureurs (ex-FFA Fédération Française des Assurances) recommande d’éviter de proposer des contrats à des personnes de plus de 85 ans. Au-delà de cet âge, les risques de remise en cause par les héritiers sont plus nombreux qu’à un âge moins avancé. Mais ceci n’interdit pas aux plus de 85 ans de reverser sur des contrats ouverts au préalable.

À l’inverse, il est tout à fait possible d’ouvrir des contrats à des mineurs.

La non-imposition des changements de supports

Les transferts entre supports (on les appelle des « arbitrages ») réalisés dans le cadre de la gestion des contrats d’assurance-vie ne sont pas considérés comme des cessions de valeurs mobilières et ils échappent, de ce fait, à l’impôt. Les plus-values automatiquement réinvesties sont, également, exonérées d’impôt.