Comment bien préparer sa retraite - la méthode Linxea - Linxea
Couple de retraités

Comment bien préparer sa retraite – la méthode Linxea

  • Commencez par estimer le montant de votre future pension
  • Déterminez ensuite le niveau de vie espéré à la retraite
  • Commencez à épargner sur un PER pour combler cet écart

La retraite vous semble loin ? Pourtant il est primordial de préparer cette étape de la vie.

En effet lorsque nous serons à la retraite nos revenus diminueront nettement. Il faut en plus prendre en compte l’allongement de l’espérance de vie et le déséquilibre du ratio actifs/ retraités. Ce qui nous amène à penser que nos futures pensions de retraite seront de moins en moins généreuses.

Pour palier cette perte de revenus conséquente et conserver un confort de vie, nous vous conseillons d’anticiper en épargnant individuellement pour votre retraite.

Combien toucherez-vous à la retraite ?

Le montant de la pension de retraite est déterminé à partir de plusieurs critères tels que l’âge, la durée de cotisation, la présence d’enfants… De plus, il varie en fonction de la profession et du régime choisi, qu’il s’agisse du régime de base, complémentaire ou supplémentaire.

Quelques exemples :

  • Pour les salariés, le montant de la pension correspond à un pourcentage compris entre 45 et 54 % du dernier salaire.
  • Pour les fonctionnaires de l’État, la pension représente en moyenne 75 % du traitement annuel des 6 derniers mois d’activité, auxquels s’ajoutent des majorations pour charge de famille.

Comment calculer sa retraite ?

Le calcul de la retraite en France dépend du système de répartition et du système de points. Voici les étapes générales pour estimer le montant de votre future retraite :

  • Demandez votre relevé de carrière : Obtenez votre relevé de carrière auprès de votre régime de retraite de base (généralement la CNAV pour les salariés du privé) et de votre régime de retraite complémentaire (Agirc-Arrco pour les salariés du privé). Ce relevé indique les trimestres cotisés et les revenus déclarés chaque année.
  • Vérifiez le nombre de trimestres validés : Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, vous devez atteindre un certain nombre de trimestres validés. Le nombre requis dépend de votre année de naissance. Vous pouvez consulter les informations spécifiques à votre situation sur le site de la CNAV ou contacter votre régime de retraite.
  • Calculez le salaire annuel moyen : Pour le régime de retraite de base, votre salaire annuel moyen est calculé en prenant en compte les 25 meilleures années de revenus (ou moins si vous n’avez pas travaillé suffisamment longtemps). Les régimes complémentaires ont leur propre méthode de calcul.
  • Calculez les points de retraite complémentaire : Pour les régimes complémentaires, les cotisations versées sont converties en points de retraite. Vous multipliez les points acquis par la valeur du point applicable au moment de votre départ en retraite pour obtenir le montant de votre pension complémentaire.
  • Estimez le montant de la retraite : Une fois que vous avez ces éléments, vous pouvez estimer le montant de votre retraite. Pour le régime de base, une formule prend en compte le salaire annuel moyen, le taux de liquidation et la durée d’assurance pour calculer le montant de la pension. Pour les régimes complémentaires, le montant dépend des points accumulés et de la valeur du point.

A retenir : La retraite de base de la Sécurité sociale est comptée en trimestres. Les retraites complémentaires de l’Agirc-Arrco sont comptées en points.

Utilisez des simulateurs de retraite en ligne

Pour obtenir une estimation précise de votre future retraite, rendez-vous sur le site de l’État Info-retraite.fr sur lequel vous pourrez effectuer une simulation de vos droits à la retraite et de votre future pension de retraite en ligne. Sur ce site, vous retrouvez l’intégralité de votre carrière et vous pouvez effectuer vos démarches directement en ligne.

Chez Linxea, nous avons aussi développé un simulateur retraite afin que vous puissiez obtenir en une minute le montant de votre future pension de retraite. N’hésitez pas à essayer gratuitement cet outil.

Évaluez le montant dont vous aurez besoin pour votre retraite

Pour maintenir votre niveau de vie à la retraite, vous devez estimer le montant dont il vous faudra disposer pour faire face à vos dépenses :

👉 Si vous êtes propriétaire de votre résidence principale et que vous avez remboursé votre prêt, les dépenses les plus importantes comprendront l’alimentation, la santé et les loisirs.

👉 Si vous êtes locataire, le loyer constituera inévitablement la plus grande partie de vos dépenses, sans compter les autres éléments mentionnés précédemment.

Souscrivez un Plan d’Épargne Retraite (PER)

Le Plan d’Épargne Retraite est une solution idéale qui vous permet de préparer sereinement votre retraite avec le grand avantage de pouvoir baisser vos impôts à chacun de vos versements.

L’offre de PER chez Linxea

Nous vous proposons 3 PER en partenariat avec des assureurs de premiers plans (Suravenir, Spirica et Apicil). Nos PER ont des frais bas, vous offrent plusieurs choix de mode de gestion et l’accès à une multitude de supports financiers.

Vous pouvez comparer les frais et caractéristiques de chacun de ces contrats sur notre comparateur de PER.

Comprendre le système de retraite en France

Le système de retraite en France repose sur deux principaux mécanismes : le système par répartition et le système par capitalisation. L’objectif de ces deux approches est d’assurer aux individus une source de revenus réguliers lorsqu’ils atteignent l’âge de départ à la retraite.

Le système par répartition : régime de retraite de base et régime de retraite complémentaire

Depuis 1945, le système de répartition constitue le pilier central du système de retraite français. Il se fonde sur le principe de solidarité intergénérationnelle, où les cotisations des actifs financent directement les pensions des retraités actuels.

Concrètement, les travailleurs cotisent tout au long de leur vie active, et ces cotisations servent à financer les prestations de retraite des générations précédentes. Lorsque les travailleurs actuels deviendront à tour retraités, leurs pensions seront financées par les cotisations des nouveaux travailleurs actifs.

Le système de répartition garantit donc une certaine égalité en permettant la redistribution des revenus entre les générations.

On parle alors de régime de retraite obligatoire de base. Chaque actif est tenu de s’affilier à un régime de base unique correspondant à sa profession.

Le régime de retraite complémentaire obligatoire s’ajoute au régime de retraite de base et repose également sur le principe de répartition.

Pour les salariés du secteur privé, ce régime est géré par l’Agirc-Arrco (Association générale des institutions de retraite des cadres – Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés). Chaque mois, une partie de votre salaire brut est prélevée par votre employeur, en plus d’une cotisation patronale, pour alimenter votre retraite complémentaire. Ces sommes prélevées sont versées à la caisse complémentaire à laquelle vous êtes affilié(e), et elles se transforment en points Agirc-Arrco.

Lors de votre départ à la retraite, le nombre de points accumulés servira de base pour le calcul de votre pension complémentaire. Le montant de votre pension Agirc-Arrco dépendra du total des points acquis multiplié par la valeur du point.

Les professions et les différents régimes de retraite de base en France

La préparation de la retraite nécessite de connaître la catégorie professionnelle à laquelle on appartient ou a appartenu, car chaque catégorie a ses propres régimes de retraite avec des règles spécifiques. Les professions sont regroupées en 6 catégories : salariés, travailleurs indépendants, professions libérales, exploitants agricoles, fonctionnaires civils et inactifs.

La liste des régimes de retraite est longue étant donné qu’il existe en France plus de 500 régimes de retraite obligatoires. En voici quelques-uns :

  • la caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) : c’est le régime de retraite de base pour les salariés du secteur privé.
  • la mutualité sociale agricole (MSA) : c’est l’organisme qui gère le versement des retraites des salariés du secteur agricole.
  • le service des retraites de l’État (SRE) : c’est le régime de la fonction publique de l’État pour les fonctionnaires de l’État, les magistrats et les militaires.
  • la caisse nationale de retraites des agents des collectivités locales (CNRACL) : pour les agents de la fonction publique territoriale et hospitalière.
  • le fonds spécial des pensions des ouvriers des établissements industriels de l’État (FSPOEIE) : c’est le régime spécial de retraites pour les ouvriers de l’État.
  • la sécurité sociale des indépendants (ex-RSI) : pour les travailleurs non-salariés.
  • la caisse nationale des barreaux français (CNBF) : pour les avocats.
  • la caisse d’assurance vieillesse invalidité et maladie des cultes (cavimac) : c’est le régime de retraite de base des membres du culte.

Ces régimes de retraite de base sont spécifiques à certaines catégories professionnelles et sont gérés par des organismes distincts. Chaque régime a ses propres règles en termes de calcul des cotisations, de durée de cotisation, et de calcul des prestations de retraite. Il est important de se renseigner auprès de son employeur ou de contacter directement les organismes de retraite concernés pour obtenir des informations précises sur votre régime de retraite de base.

Le système par capitalisation : retraite supplémentaire facultative et recommandée

En parallèle, il est possible et même souhaitable de compléter le système par répartition avec un système par capitalisation.

Dans ce système, les individus épargnent tout au long de leur carrière professionnelle, généralement par le biais d’investissements individuels dans des produits d’épargne non dédiés spécifiquement à la retraite (assurance vie, PEA, plan d’épargne entreprise..) ou depuis 2019, des produits d’épargne conçus spécifiquement pour préparer sa retraite, le Plan d’Épargne Retraite (PER). Les fonds sont investis sur les marchés financiers dans le but de générer des rendements et de constituer un capital qui sera débloqué pour financer leur retraite, sous forme de rente viagère ou de capital.

Contrairement au système par répartition, le système de capitalisation repose sur une logique individuelle, où chaque personne est responsable de sa propre épargne pour sa retraite. Les dispositifs mis en place par votre entreprise pour compléter votre future pension relèvent également de la retraite par capitalisation.

En combinant retraite par répartition et retraite par capitalisation, vous pouvez espérer compenser le niveau des pensions obligatoires et disposer de revenus adéquats une fois l’âge du départ à la retraite atteint.

Y a-t-il une pension de retraite minimum ?

Si vous êtes éligible à une retraite à taux plein du régime général de l’Assurance retraite de la Sécurité sociale, vous avez droit à un montant minimum appelé minimum contributif. Ce montant minimum dépend de la durée d’assurance retraite et du nombre de trimestres directement cotisés au régime général.

Ce mécanisme permet aux salariés ayant eu de faibles revenus d’activité de bénéficier d’une pension de retraite minimale garantie.

En 2023, le montant du minimum contributif est établi à 684,13 euros bruts par mois. Ce montant est augmenté si vous avez cotisé au moins 120 trimestres dans le régime général, atteignant ainsi 747,57 euros bruts par mois.

Focus sur la réforme des retraites de 2023

La loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2023 a été publiée au journal officiel. La réforme des retraites entrera en vigueur le 1er septembre 2023. En voici les principales mesures :

  • L’âge de départ à la retraite augmentera progressivement pour atteindre 64 ans.
  • À partir du 1er septembre 2023, l’âge légal pour prendre sa retraite sera progressivement augmenté, avec une augmentation de 3 mois par année de naissance. Ainsi, il sera fixé à 63 ans et 3 mois en 2027, puis atteindra l’objectif de 64 ans en 2030.
  • Pour bénéficier d’une retraite à taux plein, il sera nécessaire d’avoir travaillé 43 ans, soit 172 trimestres de cotisations, à partir de 2027.

Qu’est-ce que le PER ?

Le Plan d’Épargne Retraite (PER) est un contrat individuel qui vous permet de préparer sereinement votre retraite en vous constituant une épargne pendant votre phase d’activité.

Via des versements libres et/ ou programmés, vous alimentez à votre rythme votre PER. En bonus, vous pouvez déduire chaque versement de votre revenu imposable dans la limite de certains plafonds. Votre gain fiscal sera d’autant plus important que votre Taux Marginal d’Imposition (TMI) est élevé.

Vos questions / Nos réponses

PER ou assurance vie : quel contrat privilégier pour préparer sa retraite ?

La question n’est pas simple et au lieu de préférer l’un ou l’autre, il peut être avantageux si votre situation le permet, de souscrire les deux. Ces deux contrats d’épargne se complètent :

wdt_ID Caractéristiques Assurance vie Plan d’Épargne Retraite (PER) 
1 Possibilité de récupérer votre argent A tout moment A l'âge légal de la retraite (sauf cas de déblocage anticipé)
2 Mode de récupération de votre argent au terme du contrat Capital ou rente Capital (unique ou fractionné) ou rente
3 Fiscalité à l'entrée Pas d'avantages Possibilité de déduire les versements de son revenu imposable (gain dépend de la TMI)
4 Fiscalité de la sortie en capital Au bout de 8 ans, abattement annuel de 4 600€ pour une personne seule (9 200€ pour un couple marié ou pacsé) sur les intérêts, puis fiscalité réduite - Capital imposé au barème de l’IR (sans abattement de 10 %)
- Gains imposés au PFU de 30 % ou au barème de l’IR avec prélèvements sociaux
5 Possibilité d’avance ou de rachat partiel
6 Présence d'une clause bénéficiaire Oui Oui
7 Transmission - Abattement de 152 500 € par bénéficiaire sur les sommes versées avant 70 ans
- Abattement de 30 500 € pour l'ensemble des bénéficiaires sur les sommes versées après 70 ans
- Abattement de 152 500 € par bénéficiaire en cas de décès avant 70 ans
- Abattement de 30 500 € pour l'ensemble des bénéficiaires en cas de décès après 70 ans
8 Avis Linxea Convient quelle que soit la Tranche Marginale d'Imposition (TMI) Convient surtout aux TMI > 30 % qui anticipent une baisse de TMI à la retraite

  • On choisira le PER pour l’économie d’impôt qu’il permet d’emblée. Votre effort d’épargne est ainsi réduit. Pour connaître les économies d’impôt que vous pouvez réaliser grâce au PER, rendez-vous sur notre simulateur fiscal !
  • On choisira l’assurance vie pour sa souplesse, l’absence de contraintes et la fiscalité avantageuse à la sortie.

Comment obtenir ma retraite ?

La retraite n’étant pas versée automatiquement, vous devrez la demander 4 mois avant la date de départ souhaitée. Voici les étapes à suivre :

  • Vérifiez que vous avez atteint l’âge légal de départ à la retraite et que vous avez accumulé le nombre de trimestres requis pour une retraite à taux plein. L’âge légal varie en fonction de votre année de naissance et le nombre de trimestres requis dépend également de votre situation.
  • Déposez une demande de retraite : vous devez déposer une demande de retraite auprès de votre régime de retraite de base. Vous pouvez déposer votre demande en ligne sur le site de l’Assurance retraite, par courrier ou en prenant rendez-vous avec un conseiller retraite.
  • Préparez vos documents : Vous devrez fournir certains documents pour compléter votre demande de retraite (pièce d’identité, relevé de carrière, numéro de sécurité sociale, relevé d’identité bancaire, etc.). Assurez-vous de rassembler tous les documents nécessaires avant de déposer votre demande.
  • Traitement de la demande : votre demande sera traitée par votre régime de retraite de base qui examinera votre dossier, vérifiera votre éligibilité et effectuera les calculs nécessaires pour déterminer le montant de votre pension.
  • La décision d’ouverture de vos droits vous est notifiée : vous recevrez une notification de décision de la part de votre régime de retraite. Cette notification précisera le montant de votre pension mensuelle et la date de votre premier paiement.

En effectuant votre demande en ligne, vous n’avez qu’une seule demande à faire pour l’ensemble de vos régimes de retraite, de base et complémentaire.

Quelle retraite pour une femme qui n’a jamais travaillé ?

Plusieurs dispositifs au sein du système de retraite en France permettent aux retraités avec de faibles ressources de bénéficier d’un complément de revenu  :

  • L’Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA), ex-Minimum vieillesse
  • Le Minimum retraite contributif
  • Le Minimum garanti

Les personnes de plus de 65 ans peuvent bénéficier de l’ASPA sous condition de revenus annuels. Elles doivent par ailleurs avoir résidé au moins six mois en France.

Les femmes au foyer qui n’ont jamais travaillé peuvent bénéficier de pensions de retraite en étant affiliées à l’Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF).

Puis-je partir à la retraite avant 64 ans si j’ai tous mes trimestres ?

Le droit de toucher une pension de retraite n’est effectif qu’une fois atteint l’âge minimum imposé par la loi (entre 62 et 64 ans en fonction de votre année de naissance).

Ainsi, même si vous avez validé suffisamment de trimestres, vous ne pourrez pas partir automatiquement à la retraite.

Quelle retraite avec 80 trimestres ?

Pour bénéficier d’une retraite à taux plein (c’est-à-dire une pension de retraite à 100%), vous devez avoir cotisé un certain nombre de trimestres selon votre année de naissance :

wdt_ID Année de naissance Âge légal Nombre de trimestres pour le taux plein
1 En 1956 ou 1957 62 ans 166 (41 ans 6 mois)
2 Entre le 1er janvier 1958 et le 31 décembre 1960 62 ans 167 (41 ans 9 mois)
3 Entre le 1er janvier 1961 et le 31 aout 1961 62 ans 168 (42 ans)
4 Entre le 1er septembre 1961 et le 31 décembre 1961 62 ans et 3 mois 169 (42 ans 3 mois)
5 1962 62 ans et 6 mois 169 (42 ans 3 mois)
6 1963 62 ans et 9 mois 170 (42 ans 6 mois)
7 1964 63 ans 171 (42 ans 9 mois)
8 1965 63 ans et 3 mois 172 (43 ans)
9 1966 63 ans et 6 mois 172 (43 ans)
10 1967 63 ans et 9 mois 172 (43 ans)

Si vous partez en retraite sans avoir le nombre de trimestres exigé, vous n’aurez pas droit à une retraite à taux plein. Le montant de votre pension sera soumis à une décote, autrement dit il sera réduit en fonction du nombre de trimestres qu’il vous manque.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *