L’hydrogène donne de nouvelles idées aux escrocs … - Linxea
Hydrogène
Epargne

L’hydrogène donne de nouvelles idées aux escrocs …

Après les terres rares, le cannabis médical, c’est au tour de l’hydrogène de prêter « main forte » à l’imagination des escrocs. Gare aux faux fonds d’investissements dans l’hydrogène ou aux faux « livrets verts hydrogène ».

La toute dernière idée d’arnaque

Actuellement les espoirs placés dans l’hydrogène suscitent de nombreux commentaires. Pour certains l’hydrogène pourrait être une avancée majeure dans le domaine de l’énergie afin de remplacer le pétrole et même les batteries dans les prochaines années.

Il est facile pour les escrocs de présenter des explications pseudo-scientifiques pour faire miroiter des rendements exceptionnels.

L’hydrogène permet de tenir des discours qui peuvent être vrais en partie et faux pour une autre partie sans que la victime puisse identifier le vrai du faux. Par exemple qui peut répondre aux questions suivantes :

  • Combien de centaines de milliards d’euros d’investissements directs pour la production d’hydrogène ?
  • Combien d’investissements en infrastructures (transport, pipeline hydrogène, …) ?
  • Combien d’emplois seront- ils créés ?
  • L’hydrogène sera- t- elle l’énergie principale d’ici 2040 ?

L’AMF met les épargnants en garde

Dans un communiqué du 21 novembre 2022 l’Autorité des marchés Financiers (AMF) indique : « D’après les témoignages recueillis par la plateforme AMF Épargne Info Service et les constats de l’AMF issus de sa veille publicitaire, de nombreuses offres frauduleuses proposent aux particuliers d’investir dans la transition énergétique.

Il peut s’agir d’investir par exemple par le biais d‘un « livret hydrogène », parfois décliné en version « pétrole » ou « solaire », ou dans des places de stationnement avec bornes de recharge électrique, présentées comme des « éco-parkings », ou encore dans des centrales photovoltaïques installées en Espagne, au Portugal, en France ou en Belgique.

Ces offres frauduleuses s’appuient généralement sur l’usurpation d’identité de groupes connus du secteur de l’énergie ou de la grande distribution, d’opérateurs immobiliers, mais aussi de professionnels de la finance, sociétés de gestion ou conseillers en investissements financiers.

Elles prétendent aussi parfois bénéficier d’une soi-disant garantie de capital de l’ACPR, de la Banque de France ou de la Banque centrale européenne (BCE).…/… Les épargnants sont généralement sollicités par mail ou par téléphone, après avoir renseigné leurs coordonnées dans des formulaires de contact sur Internet. Certaines victimes de ces fraudes indiquent avoir découvert l’offre sur les réseaux sociaux.

Il n’y a aucune réalité derrière ces offres frauduleuses. Peu après avoir effectué les virements, les victimes ne parviennent plus à joindre les faux conseillers ni à récupérer leurs fonds.

Depuis le début de l’année 2022, l’AMF a reçu plus d’une centaine de réclamations et signalements et plus d’une cinquantaine de demandes d’épargnants concernant ce type de propositions d’investissements. Les pertes déclarées par les épargnants ayant contacté l’AMF après avoir souscrit ce type d’offres frauduleuses sont élevées, avec un préjudice moyen de 70 000 euros ».

Attirés par des rendements mirifiques

Les escrocs diffusent des annonces sur Internet  afin d’hameçonner les victimes. Ils peuvent utiliser des modes opératoires bien différents.

Le gentil / Le méchant

Pour certains c’est de jouer «  ami / ami » avec le futur client arnaqué. Ceux- là ont de la patience, ils prennent des semaines, parfois des mois afin de mettre en confiance leur victime et de déclencher le premier placement – qui ne sera pas forcément important – mais qui rapportera beaucoup à la victime. Pensez du 5 ou du 10% sur un mois ! Mais la victime trop heureuse d’avoir trouvé le « placement du siècle » ne pense même pas que cela représente un rendement de 60% ou de 120% par an. Du jamais vu !

D’autres arnaqueurs sont plus rapides et jouent les professionnels de haut niveau, ils sont sûrs d’eux, ils n’hésitent pas à se montrer très persuasifs, souvent à harceler leur victime. La finalité est toujours la même : faire réaliser à la victime un premier placement qui lui rapportera plus que ce qu’elle peut imaginer.

Ensuite, la victime confiera des sommes beaucoup plus importantes et souvent convaincra un ami, un membre de sa famille à investir aussi. C’est le cas de Murielle qui après avoir « testé » (avec succès) un premier placement de 500 € qui lui a rapporté 100 € en moins de 3 mois a confié 35 000 € à un escroc et a convaincu sa mère de lui verser ses économies, soit 60 000 €. Ni l’une, ni l’autre ne reverront leur argent !

Mais le jour où ces personnes souhaiteront récupérer leurs investissements et leurs gains l’arnaqueur ne répondra plus, son cabinet et son site Internet seront fermés.

La confusion

Les escrocs prennent partiellement les noms de vrais sites officiels, d’établissements financiers de renom, ils se font passer pour une filiale. Les documents envoyés aux victimes sont proches des en-têtes de sociétés connues.

La méthode financière

Pour les uns et pour les autres, c’est toujours le système de Ponzi qui est utilisé : la rémunération des sommes investies provient des  placements procurés par les derniers clients. C’est la loi du dernier entrant payant le premier entrant.

Découvrez quelle solution d'épargne est faite pour vous
Faire une simulation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.