SCPI et crise du Coronavirus - LINXEA
Appelez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

SCPI et crise du Coronavirus

Immobilier

LINXEA vous propose une revue de presse de tout ce qu’on peut lire actuellement sur les conséquences du coronavirus sur le marché des SCPI.

Augmenter son pouvoir d’achat avec les SCPI ?

Face à la crise du coronavirus, il est nécessaire de savoir raison garder. Ce temps de confinement doit permettre de faire le point sur sa situation individuelle et notamment sur sa situation patrimoniale. Il s’agit dès maintenant de préparer l’avenir. Cette pandémie sera en effet vaincue… Et parmi les placements susceptibles d’améliorer son pouvoir d’achat figurent les SCPI. ABC Bourse

Les SCPI tentent d’éviter les défaillances de leurs locataires

Plusieurs sociétés de gestion immobilière ont communiqué auprès de leurs clients leur décision d’aménager des reports et étalements de loyers. Agefi Actifs

Coronavirus : Quelles menaces pour les SCPI ?

Le secteur n’est pas sans parade. Le report à nouveau constitue la botte secrète des SCPI. Celles qui n’en ont pas pourraient souffrir davantage.
Le taux de rotation des parts est de 2 %, un niveau à surveiller.

En cas de hausse anormale des ventes, la SCPI est dotée d’une arme ultime : l’article L214-93 du Comofi prévoyant la convocation d’une assemblée générale extraordinaire dès lors que les ordres de vente inscrits depuis plus de 12 mois représentent au moins 10 % des parts et ce, afin de proposer la cession partielle ou totale du patrimoine et toute autre mesure appropriée. Argent Boursier

SCPI : quel va être l’impact de la crise sur vos rendements ?

L’enjeu pour nombre de SCPI se résume aux résultats des négociations qu’elles mènent avec leurs locataires. Quelle que soit la méthode utilisée pour aider leurs locataires, les SCPI vont devoir faire des concessions… les épargnants aussi.

Les sociétés de gestion sont peu nombreuses à se risquer au jeu des pronostics. Toutefois, depuis 30 ans, les SPCI ont toujours distribué des dividendes.

Pendant la crise financière de 2008, les rendements ont légèrement fléchi passant de 6,12 % en 2007 à 5,84 % (IEIF). En parallèle, le prix moyen de la part s’était contracté de 5,83 %. Ce scénario n’est pas pour l’instant privilégié par les observateurs car aucun mouvement massif de rachat n’est encore observé. Mais un prolongement de la crise pourrait jouer sur la demande et, à terme, sur le prix des parts.

Pour les épargnants, pas de panique à avoir. Si le rendement de leurs SCPI pourrait reculer, les dividendes 2020 devraient rester largement supérieurs à ceux servis par les autres placements du marché. De plus, comme tout placement à capital non garanti, c’est sur le long terme qu’il doit être jugé. Capital

Les SCPI peuvent-elles être contaminées par le Coronavirus ?

Avec la crise sanitaire qui frappe notre pays, il est important de s’éloigner pour un temps de la bourse et de placer son argent dans d’autres supports d’épargne moins aléatoires. C’est dans ces moments-là qu’investir dans des SCPI prend tout son sens.
Même si elles ne sortent pas toutes indemnes de la crise, elles sont nettement moins volatiles que les actions. S’il est encore trop tôt pour dresser un bilan précis, les professionnels s’entendent à dire que les meilleures SCPI s’en sortiront de toute manière même avec le report des loyers des PME en difficulté. Club Finance

Coronavirus : quel est l’impact sur les prix de parts des SCPI ?

La crise actuelle aura probablement un impact négatif aussi bien sur le marché boursier que sur le marché de l’immobilier. L’impact sur marché boursier a été très vite ressenti. Sur le marché de l’immobilier, il y aura certainement un différé. Si l’on s’intéresse plus précisément à la SCPI, l’impact de cette crise touchera sans doute le taux de rendement ainsi que le prix des parts.

D’une manière générale, certains économistes évoquent une baisse du taux de rendement moyen des SCPI. Selon eux, si le rendement moyen des SCPI de cette année est au dessus de 3,5 % (Contre 4,40 % en 2019) ça sera déjà bien. Enquête et Débat

« Je reste confiant pour les SCPI » explique  Fabrice Artinian de l’Institut du Patrimoine. Les sociétés de gestion sont réactives, facilement joignables et accompagnent bien les clients. Il faut s’intéresser aux SCPI . Il va peut-être y avoir une petite baisse de rendement mais c’est aujourd’hui le seul marché qui est moins volatile que les marchés financiers. Club Patrimoine

Coronavirus : quels impacts pour vos investissements dans l’immobilier ? Vos SCPI ?

Les gestionnaires d’actifs immobiliers ont les pieds sur terre. Personne ne souhaite vendre du rêve, à l’inverse des marchés financiers peu enclins à ouvrir les yeux face à la hausse irrationnelle des marchés en 2019.

Pour les SCPI, une crise immobilière peut impacter ses avoirs de 2 façons. Primo, une diminution de la performance et donc du dividende mensuel. Deuxio, une baisse de la valeur des immeubles, entraînant une baisse du prix de la part.
Sur le risque de non liquidité des parts. Qui voudra acheter des parts de SCPI alors qu’une crise immobilière pourrait se profiler ? Pas de panique. Nous n’en sommes pas encore là.

La SCPI s’exprime sur un horizon de placement long terme, capable de supporter une récession de courte durée. Sa diversification est un atout majeur pour résister.

Penser long terme est également une protection. Contrairement aux marchés actions où la volatilité est importante, les SCPI sont connectées à l’économie réelle et ont été pensées pour offrir le plus de stabilité possible sur le long terme. France Transactions

Impact de la crise pour les SCPI : faut-il s’inquiéter ?

La plupart des SCPI ne loue pas des locaux à des TPE. L’impact est certain, mais d’une ampleur incertaine. Les SCPI bien diversifiées, avec des patrimoines importants et des baux longs signés avec de grandes entreprises pas trop cycliques, ne devraient pas être fortement affectées. Les SCPI plus petites avec une importante proportion de PME, peuvent avoir à souffrir.
Quant aux fonds immobiliers sur l’hôtellerie, ils vont évidemment connaître une année très difficile tout comme les commerces non alimentaires…
Mais est-il besoin de rappeler que l’investissement immobilier est fait pour du long terme. Un passage à vide aussi grave soit-il a toujours été surmonté ! Plus préoccupante serait une réaction de panique des épargnants ce qui pourrait provoquer des difficultés sur le marché secondaire. Gestion de Fortune

La pandémie de Covid-19, une crise qui affecte les SCPI

Des entreprises et commerces sont mis à l’arrêt. La suspension des loyers payés impactera, de fait le rendement des SCPI. Ce qui dans l‘absolu était déjà un risque, le défaut de paiement de loyer devient un risque avéré et généralisé.
Les sociétés de gestion réagissent déjà en aménageant des reports et étalements de loyers afin d’éviter une défaillance de leurs locataires. Une fois le Coronavirus disparu, il est difficile d’anticiper les conséquences sur l’économie et la capacité des entreprises à payer leur loyer.
L’investissement immobilier est sur le (très) long terme. En attendant la liquidité des SCPI ne sera peut-être pas assurée. Les acheteurs de parts risquent de devenir rares, les vendeurs peut-être plus nombreux… d’où une possible baisse des prix. Legisfiscal

Comment les SCPI comptent résister à la crise ?

Les SCPI de rendement, essentiellement investies dans l’immobilier de bureau, seront forcément touchées. Il est encore trop tôt pour des pronostics, mais les professionnels ont déjà une idée de ce à quoi peuvent s’attendre les épargnants.
Avec un DVM 2019 moyen de 4,5 %, le scénario extrême anticipant une perte totale de loyers pendant 2 mois représenterait une perte d’opportunité de 0,6 %, soit un taux moyen 2020 proche de 4 %. De plus, la plupart des SCPI dispose d’un report à nouveau qui permettra de maintenir le rendement .

Côté liquidité : le marché est maintenant organisé de manière à fluidifier les échanges. Les investisseurs doivent mettre à profit le temps dont ils disposent pour comprendre précisément l’exposition des supports sur lesquels ils sont investis. Les Échos

Les SCPI peuvent-elles résister à la crise du coronavirus ?

Les épargnants qui ont choisi la pierre via des SCPI ont moins de soucis à se faire que ceux qui ont opté pour les actions. Reste que les SCPI nettement moins volatiles que les actions, ne sortiront toutefois pas indemnes de la crise. La suspension des loyers est le premier obstacle auquel elles sont confrontées. Les Échos

De mauvaises performances pour mes SCPI ?

L’impact sur l’immobilier de bureau ou commerce se fera sentir avec un différé. Christian de Kerangal directeur de l’IEIF estime que si les SCPI maintiennent un rendement moyen au dessus de 3,5 % cette année contre 4 % l’année dernière ce sera pas mal. Difficile d’être plus précis. Tout dépend de la profondeur et de la durée de la crise. Christian Fontaine du Revenu pour BFM

SCPI : quelles sont les mieux armées face à la crise ?

Pour évaluer l’exposition éventuelle d’une SCPI à une suspension de loyers, il convient de connaître le détail de ses actifs, voire l’identité de ses locataires. De la même façon, en fonction de leur positionnement géographique ou de la nature de leurs locataires, elles ne sont pas toutes exposées de la même manière aux PME françaises.

Un autre critère peut être regardé de près pour apprécier la solidité des SCPI : le report à nouveau. Ici, il n’est pas question de juger l’exposition à un risque mais plutôt d’évaluer le matelas dont dispose la société pour faire face à des vents contraires. Mieux Vivre Votre Argent

Les SCPI peuvent-elles être contaminées par la crise du coronavirus ?

Les SCPI diversifiées tant en termes géographiques que sectoriels devraient mieux résister. Il en est de même pour celles qui peuvent s’appuyer sur un patrimoine immobilier conséquent et qui ont été attentives à la qualité des locataires. En revanche, les SCPI qui ont fait le choix de se spécialiser sur un secteur particulier (exemple les commerces ou encore l’hôtellerie) et les SCPI de petite taille pourraient être plus fortement impactées. Enfin, les SCPI qui ont privilégié des emplacements de qualité ne devraient pas connaitre de difficultés pour retrouver des locataires en cas de défaillance de l’un d’entre eux.

Si la crise est susceptible de peser sur le marché des SCPI, l’impact sera très certainement d’une moindre ampleur en comparaison avec la crise qui sévit les marchés financiers. Par ailleurs, l’investissement dans l’immobilier s’envisage toujours sur le long terme, laissant ainsi le temps et la possibilité de gommer les périodes de forte variation. Mingzi

Coronavirus : comment la crise affecte-t-elle les SCPI ?

La suspension des loyers payés par les entreprises et les commerces mis à l’arrêt va directement affecter le rendement des SCPI. Dans quelle mesure ? Tout dépendra de l’ampleur et de la durée du choc économique. Moneyvox

SCPI : L’onde de choc

Il y a quelques semaines les risques sur les SCPI paraissaient faibles en raison notamment du nombre de locataires, des décalages de dates d’échéances des baux etc… Mais le Covid-19 et le confinement a créé une onde de choc économique majeure.
Les gestionnaires de SCPI qui ont des échéances de crédit, des charges habituellement refacturées aux locataires, doivent essayer d’obtenir le décalage des échéances de leurs emprunts car leurs réserves financières seront insuffisantes.

Il est trop tôt pour mesurer la durée et la portée de cette crise, mais les associés de SCPI doivent s’attendre à une diminution sensible des dividendes. Dans un futur où les taux bas seront plus que jamais une nécessité, l’immobilier professionnel, pour peu que les défaillances d’entreprises restent contenues, demeurera une option pertinente pour ceux qui souhaiteront percevoir des revenus. Sefima

SCPI et Coronavirus : Investir sur l’Immobilier de l’E-Commerce

L’explosion du commerce en ligne est favorable à tous les acteurs de ce secteur. Parmi eux figurent les entrepôts et de locaux d’activités actuellement utilisés à plein régime.
Le plus simple pour participer à l’essor du commerce en ligne est de le faire via des SCPI ce qui permet de soutenir un secteur en première ligne contre le Covid-19 et de protéger au maximum son capital.

Les SCPI qui investissent en immobilier logistique ne sont pas nombreuses.

D’abord, la pure player Activimmo, (Alderan) et dans une moins grande mesure Interpierre (Paref Gestion).

La demande pour ces 2 produits ayant tendance à s’accroître fortement actuellement, il paraît utile de ne pas attendre pour pouvoir y investir sereinement. Il va de soi qu’un portefeuille diversifié ne pouvant être constitué que d’une seule classe d’actifs, il est nécessaire de viser d’autres SCPI pas impactées par la crise comme celles en lien avec la santé. Zone Bourse

Découvrez quelle solution d'épargne est faite pour vous
Faire une simulation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *