Votre projet immobilier : Le PEL battu en brèche par l’assurance-vie et le PER - LINXEA
Contactez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

Votre projet immobilier : Le PEL battu en brèche par l’assurance-vie et le PER

immo usufruit

Aujourd’hui, pour un projet immobilier la bonne solution est plus un PER ou une assurance-vie qu’un PEL (plan d’épargne logement). Avec un rendement brut de 1% l’an fiscalisé, le PEL n’est plus un bon choix.

Une formule contraignante mal rémunérée

Actuellement, le plan épargne logement est rémunéré à 1 % brut (0,70% une fois l’impôt et les prélèvements sociaux déduits). A l’issue de sa phase d’épargne de 4 ans et à condition d’avoir économisé fortement (le plafond des versements est de 61 200 €) le titulaire peut obtenir un prêt d’épargne logement d’un montant maximal de 92 000 € au taux de 2,20%.

Outre son montant plafonné qui ne lui permet pas de financer un projet immobilier important, le prêt immobilier du PEL est bien trop onéreux.

Le grand écart pour le coût total du crédit

Pour un prêt d‘une durée de 15 ans, 100 000 euros empruntés à 2,20% + une assurance à 0,34%, cela fait une mensualité de 681 euros/ mois. Le coût total du crédit est de 22 597 euros dont 5 100 € d’assurance.

Toujours pour une durée de 15 ans et 100 000 euros empruntés à 1% + une assurance dans les mêmes conditions (0,34%), la mensualité est alors de 627 euros/mois. Le coût total du crédit est de 12 829 euros dont 5 100 € d’assurance.

La différence est de 9 768 euros sur la durée totale du prêt, soit un gain annuel d’un peu plus de 651 euros par an.

Le PEL donne droit à un prêt à un taux de 2,20% hors assurances, soit le double des taux d’intérêt que l’on peut trouver directement sans PEL et sans avoir enfermé son épargne dans le strict carcan du PEL.

De meilleures opportunités pour se constituer un apport personnel

On peut légitimement se poser la question : N’est-il pas préférable pour bénéficier d’un apport personnel nécessaire afin d’obtenir un prêt immobilier, d’utiliser son assurance-vie ou son PER ?

La souplesse de l’assurance-vie et la possibilité donnée aux nouveaux PER (Plan d’Épargne Retraite) de débloquer l’épargne pour acheter sa résidence principale – il s’agit des sommes issues des versements volontaires et de l’épargne salariale, ainsi que de l’abondement se trouvant dans les compartiments 1 et 2 du PER – incitent à réfléchir sur la meilleure façon de se constituer un apport personnel pour son projet immobilier.

Lire aussi

Découvrez quelle solution d'épargne est faite pour vous
Faire une simulation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *