Définition du mot contrat multisupports - LINXEA
Appelez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

Lexique

a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z

Définition du mot contrat multisupports

Contrat d’assurance vie qui autorise l’épargnant à investir sur différents supports, le fonds en euros et les unités de compte, afin de diversifier ses placements.

Le ou les fonds en euros – garantis en capital – permettent de sécuriser une fraction de l’épargne. Les unités de compte – fonds investis en Bourse et/ou en immobilier – permettent d’accéder à des OPCVM, SICAV, FCP, SCPI, OPCI et ETF ou trackers. La valeur de ces supports est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l’évolution des marchés financiers – les unités de comptes présentent donc un risque de perte en capital.

Ainsi, l’allocation d’actifs doit être en adéquation avec le profil d’investisseur. A noter que des arbitrages entre les différents supports vous permettent de faire évoluer la répartition de votre épargne. La plupart des contrats d’assurance vie multisupports permettent même de mettre en place des arbitrages automatiques (aussi appelés options de gestion) afin de dynamiser votre épargne (investissement progressif, dynamisation des plus-values) ou de la sécuriser (stop-loss, sécurisation des plus-values).

Aujourd’hui, les épargnants qui souhaitent dynamiser leur placement sans s’en préoccuper peuvent également opter pour une gestion pilotée de leur contrat d’assurance vie multisupports. Concrètement, ce mode de gestion revient à sous-traiter à des professionnels des marchés financiers (sociétés de gestion, sociétés de notation de fonds…) la répartition de l’épargne et les arbitrages entre les différents supports, selon le degré de risque accepté par l’épargnant.

Sur les contrats multisupports, les prélèvements sociaux sont retenus tous les ans sur le fonds en euros. Sur les supports en unités de compte, les prélèvements sociaux ne sont retenus que lors des rachats (totaux ou partiels) ou lors du décès de l’assuré.