Retour au bercail pour un tiers des expatriés - LINXEA
Contactez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

Retour au bercail pour un tiers des expatriés

Expatries

Selon l’Observatoire de l’expatriation 2021 de la Banque Transatlantique, un tiers des français expatriés envisagerait à terme de revenir en France (un chiffre en hausse de 6 points par rapport à avril 2020).

L’étude « L’Observatoire de l’expatriation » réalisée pour la Banque Transatlantique, est destinée à comprendre et analyser les raisons pour lesquelles les personnes s’expatrient hors de France et à mesurer l’attachement que ces personnes gardent à la France.

Cette année, pour la deuxième édition, 300 000 personnes ont été contactées et invitées à participer à la consultation. Au total, 9 739 personnes ont participé à la consultation. Parmi celles-ci, 7 841 personnes ont validé leurs réponses. Les interviews ont été réalisées – du 4 au 15 février 2021 – par un questionnaire auto-administré en ligne. Rappelons que la Banque Transatlantique est une filiale de Crédit Mutuel Alliance Fédérale, spécialisée dans l’accompagnement des Français expatriés. Elle est présente en France et dans 10 métropoles mondiales.

Les pays privilégiés pour l’expatriation se situent en Amérique du Nord et en Europe : 10% des expatriés résident au Canada, 9% aux États-Unis et au Royaume-Uni, 8% en Suisse et 7% en Allemagne. La durée du séjour dans le pays d’accueil se situe en moyenne à 15 ans. 39% y sont expatriés depuis moins de 10 ans, 24% entre 11 et 20 ans et 37% depuis plus de 20 ans.

Les atouts de l’expatriation

Les opportunités professionnelles et financières liées peuvent expliquer l’expatriation sur le long terme. Au plan professionnel, près de deux tiers des répondants déclarent que leur pays d’accueil est plus adapté que la France pour exercer une activité professionnelle (68%), créer une entreprise (66%) ou chercher du travail (63%). Leur pays d’accueil présente également un intérêt en matière d’investissement : 60% des répondants le jugent plus adapté que la France pour investir en général, 55% pour devenir propriétaires de sa résidence principale (+3 points par rapport à l’édition 2020). Par ailleurs, 58% des répondants estiment que leur pays d’accueil est plus approprié à la vie de famille (+5 points).

Expatriés et Français de métropole s’accordent à dire que l’expatriation constitue une opportunité à plusieurs titres. Les expatriés en sont notamment plus convaincus : 93% d’entre eux estiment qu’il s’agit d’une opportunité pour découvrir une nouvelle culture et 85% des résidents français en font de même. Pour 81% des expatriés et 79% des résidents français, c’est une opportunité d’évolution professionnelle et pour 69% elle permet d’accroitre ses capacités financières.

Les points forts de la France

Dans les autres domaines, la France se distingue positivement. Tout d’abord, dans le domaine médical : 57% des expatriés préfèrent être suivis médicalement ou hospitalisés en France plutôt que dans leur pays d’accueil. Il en va de même pour scolariser les enfants (48%) ou faire ses études (55%, +3 points). Enfin, la France serait un pays plus adapté pour prendre sa retraite (51%).

La mondialisation revue ?

En revanche, la crise sanitaire pourrait rebattre les cartes de l’expatriation. Les trois quarts des expatriés déclarent qu’elle remet en cause les déplacements des personnes sur le long terme (78%) ainsi que la mondialisation et son modèle (77%). De plus, la moitié d’entre eux estime qu’elle remet en cause les projets d’expatriation (51%). De fait, un tiers des expatriés envisage de se réinstaller en France à terme, une proportion qui progresse de 6 points par rapport à avril 2020. 60% comptent rester dans leur pays actuel.

(Source : «L’Observatoire de l’expatriation Banque Transatlantique, en partenariat avec OpinionWay et l’UFE »).

Découvrez quelle solution d'épargne est faite pour vous
Faire une simulation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *