Skip links

Le capital investissement adapté au PER

Dans une optique de long terme, les actions constituent la meilleure façon de générer du rendement et donc de se constituer un complément de retraite. Les PER font ainsi la part belle à cette classe d’actifs et s’ouvrent aux actifs non cotés comme le capital investissement qui apportent de la diversification et des rendements additionnels.

D’une année sur l’autre le succès du plan d’épargne retraite (PER) ne se dément pas. Ainsi en 2022, le nombre de PER enregistrait-il une hausse de 30% par rapport à 2021, soit un nouveau record, selon France Assureurs.

Ce produit totalisant quelques 70 milliards d’euros en fin d’année dernière. Un succès qui s’explique d’abord par les besoins couverts ; les mobilisations actuelles autour de la réforme des retraites montrent à quel point le sujet est sensible et la nécessité pour tout un chacun de se constituer un complément retraite prégnante.

Par ailleurs, les investissements réalisés bénéficient d’une défiscalisation. Les sommes versées sur un PER peuvent être déduites du revenu imposable, elles diminuent d’autant celui-ci et permet alors une baisse d’impôt.

Enfin, les supports d’investissement utilisés peuvent être très variés et sont adaptés à un horizon de placement de long terme. Ils peuvent intégrer des valeurs mobilières classiques : actions, obligations et des actifs réels non cotés (immobilier, capital investissement, infrastructures). Des actifs qui offrent du rendement et donc permettent d’accroître les sommes disponibles à l’échéance.

Selon les statistiques de l’IEIF (Institut de l’épargne immobilière et foncière), sur une période de 10 ans, entre 2011 et 2021, les actions ont délivré un rendement annuel moyen de 12,4% et se situent en tête de toutes les classes d’actifs en termes de performance.

Parmi celles-ci, les actions non cotées affichent un profil encore plus marqué en termes de performance et de risque. Ces dernières peuvent être insérées dans les PER quelle que soit la formule d’investissement retenue : une gestion pilotée par horizon ou une gestion libre.

Des actions non cotées dans les gestions pilotées

La première méthode d’investissement consiste à piloter l’exposition aux actifs à risque tout au long de la durée du vie des investissements. Avec un horizon d’investissement de 15, 20 voire 30 ans, les actifs à risque doivent entrer pour l’essentiel du portefeuille d’investissement ; leur part diminuant ensuite au fur et à mesure que le souscripteur se rapproche de l’âge de la retraite.

Les actifs à risque relèvent de plusieurs catégories : les actions cotées, les actions non cotées et le crédit à haut rendement. Les deuxièmes s’inscrivent dans le capital investissement, il s’agit alors de prendre une part au capital d’une société en développement et de l’accompagner dans la durée. Le risque est élevé, mais il est à la hauteur des rendements.

Les fonds de capital investissement entièrement investis à ces actifs affichent des performances qui peuvent dépasser les 10% et se situent généralement entre 8 à 10%. Afin de limiter le risque, les allocataires qui définissent les grilles d’investissement des gestions pilotées affectent généralement moins de 10% de la poche actions à des titres non cotés.

Des fonds dédiés accessibles en gestion libre

Il est également possible d’investir directement dans des fonds de capital investissement dans le cadre d’une gestion libre de ses supports d’investissement. La loi Pacte, qui a acté la création du PER, a plus généralement ouvert le champ des unités de compte (UC) disponibles dans le cadre des contrats d’assurance vie et du PER. Les grandes compagnies d’assurance proposent maintenant toutes des UC dédiées.

Si l’espérance de rendement de ces fonds est élevée, ils sont soumis à une contrainte : l’épargnant doit être investi sur une période comprise entre 8 et 10 ans. Il n’est donc pas possible d’arbitrer ces fonds dans le cadre d’une gestion dynamique de son contrat d’assurance vie ou de retraite. L’immobilisation constitue alors la contrepartie de la performance.

Des frais variables

La seconde contrepartie de la performance réside dans l’existence de frais souvent relativement élevés. Il convient de noter toutefois que certaines plateformes en ligne proposent maintenant des fonds de capital investissement sans frais d’entrée.