Investir en ETF (trackers) : les fondamentaux - LINXEA
Appelez-nous au
01 45 67 34 22
Espace client
Souscrire en ligne

Investir en ETF (trackers) : les fondamentaux

Dans une assurance-vie, vous répartissez votre argent entre le fonds en euros, totalement sécurisé, et des unités de comptes, qui ne garantissent pas le capital investi et dont la valeur dépend des marchés financiers.

Il existe de nombreux types d’unités de compte, dont les ETF, également appelés « trackers » ou « fonds indiciels cotés ».

Qu’est-ce qu’un ETF ?

Un ETF est un fonds d’investissement dont la stratégie est de reproduire le plus fidèlement possible l’évolution d’un indice boursier, que l’on appelle le sous-jacent.

Il existe ainsi des ETF qui suivent :

  • des indices boursiers classiques (le CAC40, l’indice des valeurs françaises, le S&P 500, l’indice phare des valeurs américaines)
  • des indices sectoriels (automobiles, banques…)
  • des indices thématiques (petites entreprises…)
  • voire même des matières premières (or, baril de pétrole…) !

Un indice boursier sur actions, rappelons-le, est la moyenne des cours de bourse d’un panier d’actions. Le CAC40 comporte 40 valeurs, le S&P 500 en comporte 500 et le MSCI World plus de 1600 ! Il existe des ETF sur tous ces indices.

Acheter un ETF revient donc à acheter en une seule transaction un produit financier qui réplique l’évolution d’un panier d’actions connu, dans des proportions identiques à celles constituant l’indice.

Cette stratégie, dite de gestion passive, est différente d’une gestion dite active, dans laquelle un gérant analyse les entreprises et sélectionne les actions qui lui semblent les plus prometteuses.

Bon à savoir : Les ETF sont loin d’être une innovation financière : le premier ETF fête ses 25 ans ! Les investisseurs institutionnels les utilisent depuis longtemps. Dans les contrats d’assurance-vie, leur présence est plus récente.

Pourquoi choisir les ETF ?

D’abord, parce que leurs frais sont très bas. Les frais de gestion annuels d’un ETF sont proches de 0,3 % par an, tandis qu’un gérant actif facturera 1,5 % par an, voire davantage, pour ses services.

La raison ? La stratégie de gestion simple (répliquer l’indice) peut être mise en place à moindre coût : les gérants d’un ETF n’ont aucune entreprise à rencontrer, aucune analyse à réaliser… Leur gestion bénéficie d’économies d’échelle importantes.

Pour l’investisseur, des frais bas, c’est un moyen d’obtenir une meilleure performance : cumulés sur des dizaines d’années, ces économies peuvent représenter quelques dizaines de milliers d’euros en plus pour votre épargne !

Mais faibles frais ne riment pas avec gestion au rabais. En réalité, c’est même l’inverse : les études historiques montrent que les gérants actifs peinent à obtenir durablement une performance ne serait-ce qu’équivalente aux grands indices boursiers…

Investir en ETF, c’est donc faire d’une pierre deux coups :

  • des moindres frais pour garder le plus possible de performance
  • une gestion indexée sur un indice boursier que la majorité des gérants actifs peine à battre

Comment choisir le bon ETF ?

Choisir un ETF, c’est avant tout choisir un indice sous-jacent : c’est l’indice qui va déterminer la composition du portefeuille de l’ETF, et donc sa performance future et son niveau de risque. Un indice concentré sur peu de valeurs sera en général plus risqué qu’un indice très diversifié.

Si vous débutez la création de votre portefeuille et êtes actuellement peu exposé au marché, vous devez privilégier un indice large, très diversifié, comme le MSCI World qui vous exposera aux actions du monde entier, ou le Stoxx 600 pour une exposition européenne.

À l’inverse, si vous avez un portefeuille déjà constitué, vous pouvez ajouter de façon modérée des ETF qui répliquent des indices sectoriels ou géographiques. Ils vous permettront de compléter votre diversification ou de prendre des positions tactiques.

Les principaux risques

Les ETF présentent un risque de perte en capital, car leur valeur dépend des marchés financiers, qui peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse. Ce ne sont pas des produits garantis.

Ils présentent un risque de change si leur indice sous-jacent intègre des valeurs hors zone euro. Par exemple, si la bourse américaine monte fortement, l’investisseur européen profitera peu de cette bonne performance si le dollar a baissé en parallèle. A l’opposé, une hausse du dollar pourra entraîner des performances positives même si l’indice américain est stable ou légèrement négatif.

Notez que ces deux risques ne sont pas spécifiques aux ETF : ils sont aussi présents dans les fonds d’investissement qui pratiquent la gestion active.

En réalité, le principal risque pour l’investisseur est d’oublier la vocation de l’ETF : répliquer un indice boursier de façon la plus fidèle possible. En cas de forte chute des marchés, l’ETF continuera de répliquer l’indice sans chercher à atténuer les effets de la baisse.

Lorsque l’on suit l’indice, on le suit à la hausse comme à la baisse !

L’avis de LINXEA

Il n’y a pas de pilote dans l’avion.

Investir sur des trackers est un parti pris : rechercher le meilleur du marché en acceptant d’en subir le pire. Aucun gérant ne contre-performera lorsque les marchés montent, mais aucun gérant ne permettra de limiter vos pertes.

Dans tous les cas, l’absence de frais limitera les baisses…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *