Où placer votre argent après le livret A ? - Linxea
Épargne prudente

Où placer votre argent après le livret A ?

Comme 8 Français sur 10, vous détenez un livret A ? Vous aviez choisi d’y héberger votre épargne de précaution mais à force de versements, votre livret a atteint son plafond de versement de 22 950 euros ? Il est alors grand temps de vous constituer une épargne financière ! Comment s’y prendre ? Quels placements choisir ? Linxea vous dit tout.

Votre livret A a atteint son plafond ? 3 idées de placement

L’épargne de précaution est une somme d’argent (couvrant en principe 3 à 6 mois de salaire, à ajuster selon les cas) que tout un chacun doit pouvoir mobiliser rapidement pour faire face aux aléas de la vie. Qui dit mobilisation rapide, dit (grande) facilité de retrait. C’est la raison pour laquelle il est souvent conseillé d’héberger son épargne de précaution sur un livret A. Malgré un taux d’intérêts bas, le livret A présente l’avantage – en plus de sa disponibilité – de garantir totalement le capital versé et les intérêts générés, qui ne sont soumis ni à l’impôt sur le revenu ni aux prélèvements sociaux.

L’épargne financière en revanche est une épargne long terme qui vous permet de concrétiser des projets à moyen long terme : financer les études de vos enfants, préparer un achat immobilier, anticiper votre retraite…

Le placement incontournable en épargne financière pour répondre à tout type de projet, c’est l’assurance vie. Disponible, souple et fiscalement avantageuse, l’assurance vie est une enveloppe fiscale qui vous permet d’investir dans une quantité de placements adaptés à tous les profils d’épargnants, du plus défensif ne souhaitant prendre aucun risque sur son épargne au plus dynamique.

Où placer son argent pour qu’il soit disponible ? Après le livret A, investir en assurance vie

Les versements sur le livret A sont plafonnés à 22 950 €. Les versements sur un contrat d’assurance vie ne sont en revanche soumis à aucun plafond, autrement dit vous pouvez y verser des millions. Si vous le souhaitez, vous pouvez même souscrire plusieurs contrats d’assurance vie, ce qui – vous le savez également – est impossible avec les livrets d’épargne réglementée, donc avec le livret A.

Contrairement à une idée reçue tenace, l’argent reste disponible à tout moment sur votre contrat d’assurance vie, vous pouvez donc procéder à des retraits quand vous le voulez. Mieux encore, vous pouvez demander à l’assureur de votre contrat une avance, une sorte de prêt remboursable avec intérêts sous 3 ans. L’avantage de l’avance est que les sommes ne sont pas considérées comme étant retirées du contrat et cette opération est alors fiscalement neutre.

Vous pouvez accéder à ce placement avec des petites sommes, une centaine d’euros suffit pour souscrire un bon contrat d’assurance vie, quitte à l’alimenter de façon plus conséquente plus tard. En assurance vie, on répète souvent en effet qu’il faut « prendre date », c’est-à-dire faire tourner le compteur fiscal. La fiscalité applicable aux revenus de l’assurance vie à l’occasion d’un retrait (tant que l’argent n’est pas retiré du contrat, il n’y a pas d’imposition), devient particulièrement avantageuse au bout de 8 ans de détention du contrat. Au bout de 8 ans en effet, le souscripteur célibataire bénéficie d’un abattement annuel de 4 600 € sur les gains retirés, 9 200 € d’abattement pour les couples soumis à imposition commune.

Dans quoi investir son argent ? Après l’assurance vie, les SCPI en direct

Une fois votre contrat d’assurance vie ouvert, il peut être pertinent de diversifier votre patrimoine… avec de l’immobilier par exemple ! Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) doivent notamment attirer votre attention. Non soumises aux variations des marchés boursiers, les SCPI offrent des rendements intéressants.

En achetant des parts de SCPI, vous investissez dans l’immobilier à travers une société de gestion qui collecte des fonds pour investir elle-même dans des immeubles qu’elle met en location. Cette société de gestion – la SCPI – vous redistribue par la suite des loyers (appelés dividendes), au prorata des parts que vous détenez. Aucune contrainte de gestion pour vous, la SCPI s’occupe de tout : acquisition des immeubles on l’a dit mais aussi et surtout gestion locative des biens immobiliers.

À noter : l’avantage avec les parts de SCPI, c’est que vous pouvez soit les détenir en direct, soit au sein de votre contrat d’assurance vie, en tant qu’unités de compte. Si la détention en direct vous permet d’accéder à l’intégralité des SCPI du marché, les SCPI en assurance vie dépendent de la volonté de l’assureur de les référencer dans son contrat ou non. Le choix est ainsi plus limité.

Pour les plus téméraires, la bourse !

Étant donné que l’épargne financière est une épargne long terme, investir en actions peut s’avérer très pertinent. Sur un horizon d’investissement long, voire très long, les actions représentent la classe d’actifs la plus rémunératrice.

Votre contrat d’assurance vie peut – une fois encore – être un excellent réceptacle à vos investissements sur les marchés boursiers (OPCVM actions, trackers, titres vifs).

À noter : vous pouvez également choisir l’enveloppe du plan épargne retraite (PER) pour investir en bourse !

Questions / réponses

Qu’est-ce que le LEP ?

Le livret d’épargne populaire (LEP) est lui aussi un livret d’épargne réglementée. En d’autres termes, ses caractéristiques (taux de rendement, plafond, fiscalité) sont déterminés par les pouvoirs publics.

Mais contrairement au livret A accessible à tous, le LEP est soumis à des conditions de ressources. Ainsi, pour ouvrir un LEP, vos revenus ne doivent pas dépasser certains plafonds selon votre situation familiale. Le plafond de versement sur ce livret est de 7 700 € (hors intérêts versés par la banque).

Quel livret d’épargne rapporte le plus ?

Actuellement, le taux d’intérêt annuel du LEP est de 2,2% alors que le taux de rendement du livret A est de 1%, inapte à protéger votre épargne de l’inflation. En matière d’épargne réglementée, les taux décrétés par le gouvernement sont susceptibles de varier à la hausse ou à la baisse deux fois par an, le 1er février et le 1er août.

Combien de livret A par personne ?

La multi-détention d’un même livret d’épargne réglementé est interdite. Vous ne pouvez donc pas être titulaire de plusieurs livret A, de plusieurs livrets de développement durable (LDDS) ou de plusieurs LEP. Mais, vous pouvez cumuler les livrets entre eux ! Ainsi, vous pouvez tout à fait détenir un livret A et un LEP, si vous y êtes éligible.

D’ailleurs, le LDDS est-il plus intéressant que le livret A ?

Le livret de développement durable et solidaire (ex Codevi) est comme le livret A, rémunéré chaque année à hauteur de 1% des sommes placées mais alors que le livret A est plafonné à 22 950 €, le plafond du LDDS est de 12 000 €.

Comment épargner son argent ?

Héberger son épargne de précaution sur son livret A reste un bon réflexe. Mais, vous l’avez lu, votre argent sur ce livret ne va que peu fructifier. Les meilleures alternatives au livret restent l’assurance vie et les supports immobiliers. On réduit souvent l’assurance vie à son seul fonds en euros alors que cette enveloppe fiscale permet aux épargnants d’investir sur des supports parfaitement diversifiés : fonds en euros en effet pour sécuriser (à 100% ou partiellement) le capital placé et supports en unités de compte non garantis en capital puisque soumis aux variations des marchés financiers, mais potentiellement plus rémunérateurs. Ces supports en unités de compte peuvent être de différentes natures et s’adresser ainsi à des profils d’investisseurs différents. Il peut s’agir d’OPCVM obligataires, d’OPCVCM actions, de supports immobiliers, d’ETF, de produits structurés, de fonds de private equity… Bref il est possible de loger un nombre conséquent de supports différents au sein de vos contrats d’assurance vie.

Quel est le meilleur placement ?

Il est difficile de répondre à cette question parce que tout dépend de vos objectifs mais à la lecture de cet article, vous avez dû comprendre que :

  • le meilleur placement pour votre épargne de précaution est le livret A. Il n’est d’ailleurs pas utile que celui-ci atteigne son plafond
  • le meilleur placement pour votre épargne financière – celle qui va vous permettre de réaliser vos projets – est l’assurance vie, notamment si vous avez une importante somme d’argent à placer puisque elle n’est soumise à aucun plafond de versement.
  • depuis 2019, le paysage de l’épargne française s’est enrichi d’un nouveau produit – le plan d’épargne retraite (PER) conçu pour vous constituer des revenus complémentaires une fois l’âge légal de la retraite atteint. Venu ringardiser les précédents produits d’épargne retraite qu’il remplace (PERP, Madelin, Préfon-Retraite, Article 83, PERCO…), le PER est déblocable au moment de la retraite sous forme de capital (en une seule fois ou de manière fractionnée), sous forme de rente viagère (comme les produits d’épargne retraite ancestraux) ou encore en un mix des deux formes. Cerise sur le gâteau, il est possible de débloquer l’épargne accumulée sur le PER avant l’âge légal de la retraite – c’est-à-dire de manière anticipée – pour l’achat de sa résidence principale. Comme pour l’assurance vie, les versements effectués sur un PER ne sont pas plafonnés et vous pouvez en plus les déduire – dans la limite des plafonds légaux – de vos revenus imposables.

Quel que soit le placement d’épargne financière retenu, soyez attentif aux frais prélevés, les frais sur versement (perçus à l’ouverture du contrat et sur chaque versement ultérieur) et les frais de gestion (perçus annuellement sur les supports d’investissement) doivent particulièrement attirer votre attention. S’agissant de produits d’épargne à long terme, la récurrence de ces frais sur un horizon long a un impact certain sur la rémunération de votre épargne. Privilégiez les acteurs en ligne comme Linxea qui proposent des contrats sans frais de versement et avec des frais de gestion parmi les moins élevés du marché.

L’assurance vie et le PER comme compléments au livret A

Si votre capacité d’épargne le permet, il faut envisager le PER comme complément à l’assurance vie qui est elle-même un complément au livret A. Les 3 produits d’épargne cohabitent parfaitement bien pour répondre à des horizons d’investissement différents : le court terme, le moyen terme et le long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *